Le Premier ministre nommé parviendra-t-il à se défaire des « tweets encombrants »?

65

Haïti standard, le 28 juillet 2019.- Après des séances de consultation entre le Président de la République Jovenel Moïse et les présidents des deux (2) branches du Parlement, respectivement Carl Murat Cantave (Sénat) et Gary Bodeau (chambre des députés), Fritz William Michel allait être nommé Premier ministre, le 22 juillet 2019. Un choix qui a piqué la curiosité des Citoyens intéressés notamment à la politique.

Jeune cadre de l’Administration publique ayant occupé des postes décisionnels dont Directeur administrstif et financier au Ministère de l’agriculture, des ressources naturelles et du développement rural (MARNDR) et chef de cabinet du ministre de l’économie et des finances, Jude Alix Patrick Salomon, le chef du gouvernement nommé était jusque-là un inconnu sur la scène politique.

Il a fallu attendre le 25 juillet 2019, pour commencer à découvrir le vrai visage du Premier ministre nommé Fritz William Michel. Ce jour là, le masque n’était pas tombé certes, mais il a pris un sacré coup avec cette affaire de tweets publiés sur les réseaux sociaux. Des tweets « encombrants » pour certains et « désobligeants » pour d’autres.

Dans les colonnes du journal Le Nouvelliste du 25 juillet 2019, le Premier ministre nommé s’est défendu d’avoir eu le fameux compte twitter @fritzmichel0990. Il a précisé qu’il n’avait pas eu de compte twitter et qu’il a créé un compte sur ce réseau, à partir du 22 juillet 2019 et ce compte est @fritzwmichel.

Il se pourrait que le jeune cadre de l’Administration publique qui a réalisé des études à l’extérieur et ancien élève du collège Catts Pressoir (l’une des rares écoles à faire la promotion des TIC dans le pays) ne communiquait pas sur Twitter, mais il paraît difficile à croire que Fritz William Michel, contre toute attente, ne détenait aucun compte twitter.

Le Premier ministre nommé a nié le compte @fritzmichel0990, compte dont le nom d’utilisateur a été vite changé en Gardy Gauthier, cependant le bien connu activiste Tèt kale évoluant à l’étranger a réalisé un tweet qui circule sur les réseaux sociaux dans lequel il a mentionné (tag) le compte méconnu par le Premier ministre nommé.

Des observateurs de la politique haïtienne ont admis que ce dossier relève de la cybercriminalité. Dans certains pays, usurper l’identité d’une personne sur internet et/ou l’adresse électronique de cette personne est un crime. Cependant, les autorités haïtiennes refusent jusqu’à présent de légiférer dans le domaine. Les gouvernants prétendent bénéficier de ce vide juridique existant dans ce domaine en Haïti.

S’il est vrai qu’on a usurpé l’identité ou le compte twitter de ce haut cadre de la fonction publique, le Premier ministre nommé vient d’avoir une épine dans les pieds. Ce qui pourrait peser un poids non négligeable dans la balance de ratification de sa politique générale. Du coup, la création d’une instance chargée d’enquêter sur les dossiers liés à la cybercriminalité devrait être inscrite dans la politique générale du chef du gouvernement nommé. Car, une telle instance dotée de personnels compétents et de matériels adéquats peuvent élucider en moins de 24 heures cette affaire de tweets dans laquelle patauge lamentablement le Premier ministre nommé.

Michel Antoine
Journaliste/juriste
[email protected]

Laisser un commentaire