L’insécurité fait rage à la 3e circonscription de Port-au-Prince

467

Haïti standard, le 3 août 2019.- La journée du jeudi 1e août a été le théâtre de plusieurs cas de meurtre et de braquage au niveau de la 3e circonscription de Port-au-Prince. Deux (2) cas ont déffrayé la chronique. Il s’agit d’une infirmière et d’un employé d’une banque privée de la place.

Selon des informations parvenues à notre rédaction, l’infirmière en question circulait à bord de sa voiture (AA 650 70) quand des individus armés lui ont intimé l’ordre de s’arrêter. Par crainte, elle a accéléré et les bandits armés ont ouvert le feu. La conductrice a été touchée et sa voiture s’est écrasée contre un mur.

Transportée d’urgence dans un centre hospitalier, cette infirmière n’a pas survécu de ses blessures…

Le second cas, lui, relève d’un employé d’une banque commerciale de la place qui regagnait son domicile en compagnie de son épouse. Identifié sous le nom de Peterson Paul, l’employé de banque a été contraint par les malfrats de faire demi-tour dans la localité de « Gran ravin ».

Selon des témoins, les bandits armés ont ordonné à l’épouse du défunt de descendre du véhicule, avant de prendre la fuite avec Peterson Paul retenu en otage.

Sous l’intervention des agents de la Police nationale d’Haïti (PNH), le véhicule du défunt ainsi que le corps sans vie de la victime ont été récupérés par les forces de l’ordre.

Vue partielle du véhicule que conduisait l’infirmière tuée par des bandits armés opérant dans la 3e circonscription de Port-au-Prince

Peterson Paul était un homme d’église et le père d’un enfant de trois (3) ans, a rapporté l’un de ses collègues à la rédaction de Haïti standard.

En plus de ces cas de meurtre signalés à notre rédaction, au moins un camion de marchandise a été détourné non loin du centre Geskio. Des tirs nourris, à l’arme automatique, ont retenti durant plusieurs heures au sud de la Capitale. Ce qui a créé un climat de peur et un embouteillage gigantesque (bouchon) dans la zone.

HS

Laisser un commentaire