Accueil Insécurité/Sécurité

Kidnapping : le pasteur Jean-Marry Ferrer Michel libéré contre rançon

277

Haïti standard, le 26 octobre 2021.-

Kidnapping d’État ou kidnapping ordinaire, le pasteur Jean-Marry Ferrer Michel et Normand Winner ont finalement recouvré leur liberté. Ce, après 23 jours de séquestration.

La famille des otages ont confirmé leur libération dans la soirée du 25 octobre 2021. L’enlèvement des victimes a été perpétré par des individus armés vêtus de l’uniforme de la Police nationale d’Haïti (PNH) dont celui de l’Unité départementale de maintien d’ordre (UDMO).

Kidnapping : le pasteur Jean-Marry Ferrer Michel libéré contre rançon
Le pasteur Jean Mary Ferrer Michel de l’Eglise Jesus Center. (Photo internet)

Au cours de ce rapt, trois (3) personnes ont été enlevées par les malfrats. Ces personnes sont le pasteur et également l’un des fondateurs de l’église « Jesus Center », Jean-Marry Ferrer Michel, le propriétaire de « Café sélecto », Normand Winner et Isabella Devendégis.

Drôle de coïncidence, les otages ont été libérés quelques heures après une intervention réalisée par le ministre de l’intérieur et des collectivités territoriales et également ministre a.i de la justice et de la sécurité publique, Listz Quitel, sur les ondes de Scoop FM. Le ministre Quitel est accusé par le Réseau national de défense des droits humains (RNDDH) d’avoir perpétré ce Kidnapping.

Kidnapping : le pasteur Jean-Marry Ferrer Michel libéré contre rançon
Le ministre de l’intérieur et des collectivités territoriales et également ministre de la justice et de la sécurité publique, Liszt Quitel. (Photo facebook du ministre)

Selon le RNDDH, le pasteur Jean-Marry Ferrer Michel entretenait une relation amoureuse avec la femme du ministre Barbara Quitel surnommée « Barbie ». Non seulement le ministre avait rejeté ces accusations, mais aussi il avait déclaré sur Scoop FM qu’il ne démissionnerait pas du gouvernement.

Pour dénoncer notamment l’insécurité associée au kidnapping et la rareté de carburant qui persistent en Haïti, une grève générale a été lancée, le 25 octobre 2021, sur toute l’étendue du territoire national. Une grève qui a totalement paralysé le pays dont la Capitale haïtienne. Entre temps, 17 missionnaires étrangers dont 16 Américains et un Canadien sont retenus par le gang dénommé « 400 mawozo ». Celui-ci réclame 17 millions de dollars américains, en échange de la libération des otages parmi lesquels figurent des femmes et des enfants.

HS/Haïti standard