L’Exécutif n’est pas intéressé à la formation du nouveau gouvernement, soutient le député Roudy Devil

134

Haïti standard, le 6 août 2019.- Le Premier ministre Jean Michel Lapin continue de décaisser des fonds publics et les autorités n’ont pas de problème de liquidité pour fonctionner, a expliqué ce matin (6 août), le député de Côtes-de-Fer Roudy Devil qui intervenait à la rubrique Invité du jour sur Vision 2000.

En effet, selon le député Roudy Devil, c’est son collègue de Léogâne Jean Wilson Hyppolite qui avait l’habitude d’occuper la présidence des différentes commissions chargées d’analyser les dossiers des premiers ministres nommés de Jack Guy Lafontant à Jean Michel Lapin, en passant par Jean Henri Céant.

Pourtant, après avoir perdu la présidence de ladite commission, le député de Léogâne avait déserté cette dernière en tant que vice-président. Ce n’est que hier 5 août 2019 que la commission a démarré l’étude des dossiers du premier ministre nommé Fritz William Michel, a souligné le parlementaire.

Selon le député, ladite commission est composée de neuf (9) membres issus de trois (3) blocs politiques du Parlement. Le bloc majoritaire Alliance parlementaire pour le renouveau (APR) arrive en tête dans cette commission avec quatre (4) membres, trois (3) membres proviennent du bloc Entente parlementaire pour une alternative nationale (EPAN) et deux (2) députés sont issus du bloc politique GPEP/OPL et alliés.

Le député de Côtes-de-Fer a, en outre, précisé que l’Exécutif continue de tirer profit de la situation politique désastreuse que connaît le pays avec un premier ministre nommé et un Premier ministre qui liquide les affaires courantes, respectivement Fritz William Michel et Jean Michel Lapin.

Au premier plan, le député de Côtes-de-Fer, Roudy Devil (photo internet)

Questionné sur la séance portant sur la mise en accusation du Président de la République, le parlementaire a émis des doutes sur le quorum nécessaire en vue de la réalisation de cette séance. Le député en a profité pour expliquer qu’une majorité de 80 députés est nécessaire à la réalisation du vote relatif à la mise en accusation du Chef de l’État.

HS

Laisser un commentaire