Accueil Politique

2 anciens collaborateurs du Président Jovenel Moïse et Jimmy Chérisier sanctionnés par les États-Unis

1195

Haïti standard, le 10 décembre 2020.-

Les autorités fédérales américaines ont prononcé, au cours de la journée du 10 décembre 2020, des sanctions contre deux (2) proches du Président de la République Jovenel Moïse et un ancien policier devenu chef de gang à Delmas, Jimmy Chérisier alias « barbecue », a-t-on appris à la rédaction de Haïti standard.

Dans une note émanant du Bureau de contrôle des avoirs étrangers (OFAC sigle Anglais) du département du trésor américain, il s’agit de l’ancien directeur général du Ministère de l’interieur et des collectivités térritoriales (MICT), Fednel Monchery, de l’ex délégué départemental de l’Ouest, Joseph Pierre Richard Duplan et l’ancien policier désormais chef de la fédération des gangs armés dénommé « G9 en famille et alliés, Jimmy Chérisier alias « Barbecue ».

Les individus précités sont accusés d’être des auteurs de graves violations des droits humains. Ils sont impliqués, selon la décision des autorités américaines, dans le massacre perpétré dans le quartier populeux de La Saline, à partir du 3 novembre 2018. Au moins 70 morts ont été recensés par des organisations haïtiennes de défense des droits de l’Homme et environ 400 maisons incendiées. Des cas de viol ont également éte recensés au cours de ce massacre.

Ainsi, le gouvernement américain s’est-il prononcé en faveur du gel des avoirs de ces trois (3) présumés assassins au cas où ils seraient détenteurs d’avoirs aux USA. Ils sont frappés d’interdiction de fouler le sol américain. Ce, conformément à la loi américaine baptisée « Magnitsky act », publiée en 2012.

2 anciens collaborateurs du Président Jovenel Moïse et Jimmy Chérisier sanctionnés par les États-Unis
Montage photo illustrant les concernés par la décision prise par les États-Unis

« La violence généralisée et la criminalité croissante des gangs armés en Haïti sont renforcées par un système judiciaire qui ne poursuit pas les responsables d’attaques contre des civils », ont fait remarquer les autorités fédérales des États-Unis à travers cette note.

HS/Haïti standard