Home Insécurité/Sécurité 3 des agents du SIN arrêtés sont membres de gangs armés, révèle...

3 des agents du SIN arrêtés sont membres de gangs armés, révèle Pierre Espérance

Haïti standard, le 7 mars 2022.-

Le directeur exécutif du Réseau national de défense des droits humains (RNDDH), Pierre Espérance a révélé qu’au moins trois (3) des six (6) agents du Service d’intelligence nationale (SIN) arrêtés, le 4 mars 2022, par la Brigade de recherche et d’investigation (BRI), sont des membres du gang dénommé « baz pilat ».

Des membres du gang de « ti bwa » dirigé par le nommé Chrisla feraient également parties du SIN, selon le numéro un du RNDDH qui a fait savoir que les gangs « baz pilat », « ti bwa » de Chrisla, « 5 segond » de Izo et « Gran ravin » de « ti lapli » règnent sur la 3e circonscription de Port-au-Prince.

En évitant de citer les noms de ces trois (3) présumés membres de l’un des gangs susmentionnés, Pierre Espérance a poursuivi que des pressions auraient été exercées sur la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ), afin de libérer les agents du SIN, sans aucune forme de procès.

Aussi, le défenseur des droits humains a-t-il soutenu que lors de l’interpellation de ces agents, ces derniers étaient en possession de sept pistolets et d’un fusil d’assaut. En plus d’être illégales, ces armes n’appartiennent pas au Ministère de l’intérieur et des collectivités territoriales (MICT), a précisé Pierre Espérance.

Le titulaire du MICT, Liszt Quitel, accusé dans le kidnapping perpétré, en novembre 2021, contre le pasteur Jean-Marie Pierre Ferer Michel, serait de connivence avec des membres de gangs recrutés au sein du SIN, a poursuivi Pierre Espérance.

3 des agents du SIN arrêtés sont membres de gangs armés, révèle Pierre Espérance
Le directeur exécutif du Réseau national de défense des droits humains (RNDDH), Pierre Espérance (photo internet)

Le militant des droits humains en a profité pour inviter la population à se soulever contre l’insécurité sur le point d’être érigée en système par des autorités. Ces dernières ne cessent de fournir armes et munitions aux gangs armés qui continuent de terroriser la population.

HS/Haïti standard