Accueil Éducation

6 élèves tués en l’espace de 2 jours et le Ministère de l’éducation nationale reste muet…

7937

Haïti standard, le 25 janvier 2020.- La semaine allant du 20 au 24 janvier 2020 a été meurtrière notamment pour les élèves de différents établissements scolaires du pays. À Port-au-Prince qu’en province, les élèves n’ont pas été de tout repos.

Cette semaine meurtrière a démarré tôt dans la matinée du 22 janvier, avec un accident survenu dans la commune de Pétion-Ville où un camion dont les freins ont fait défaut a terminé sa course contre les clôtures d’une école. Le bilan : deux (2) morts parmi les élèves et plusieurs blessés conduits à l’hôpital, selon la Protection civile.

La victimisation des élèves allait se poursuivre ce 22 janvier en milieu de journée. Cette fois, dans la commune de Lascahobas, au niveau du département du Centre, le correspondant de Haïti standard a rapporté qu’un accident de la circulation a coûté la vie à trois (3) élèves.

LIRE AUSSI:  Cayes (Sud) - Education : des professeurs menacent de boycotter la reprise des activités scolaires

Ces derniers se trouvaient à bord d’une motocyclette quand un « camion publicitaire » a percuté plusieurs véhicules y compris celui des victimes qui regagnaient leur domicile. Aussi, notre correspondant a-t-il souligné que deux (2) parmi ces élèves appartiendraient à une même famille.

Le coup de tonnerre chez les parents et la plupart des Citoyens du pays est cette adolescente criblée de balles dans le véhicule de son père qui l’emmenait chez elle, en début de soirée, le 23 janvier dernier, dans la commune de Croix-des-Bouquets. Deux (2) morts ont été recensés à l’intérieur du véhicule en question, à savoir le père de famille ainsi que l’adolescente vêtue de son uniforme. Un enfant qui était à bord de ce véhicule a été transporté à l’hôpital.

LIRE AUSSI:  Port-au-Prince : sit-in des professeurs devant les locaux de l'annexe du MENFP à Nazon
6 élèves tués en l'espace de 2 jours et le Ministère de l'éducation nationale reste muet... 1
Des élèves haïtiens en train de hisser le drapeau national (crédit photo La Croix)

En dépit de la façon dont sont victimes ces élèves qui, dirait-on, représentent l’avenir du pays, pas un mot n’a été prononcé de manière officielle par les responsables du Ministère de l’éducation nationale et de la formation professionnelle (MENFP). Ces responsables seraient-ils trop occupés à réfléchir sur l’amélioration de la qualité de l’éducation, jusqu’à ignorer que des élèves ont été tués dans des circonstances horribles?

HS/Haïti standard