Agriculture : la production de riz boycottée par des membres du secteur privé haïtien

35
Des voix s’élèvent pour dénoncer des pratiques visant à “boycotter” la production rizicole dans la Vallée de l’Artibonite. Des paysans et producteurs de riz menacent de citer les noms de ceux qui affaiblissent la production de riz dans la région.

Haïti standard, le 1e juillet 2019.- Des représentants de plusieurs organisations de planteurs et de paysans de la Vallée de l’Artibonite ont dénoncé le “boycottage” de la production de riz dans le pays, par des membres du secteur privé haïtien qui s’adonnent à l’importation de riz en Haïti.

Selon le président de la Coopérative de production et de service agricole de l’Artibonite (COPSA), Pascal Djerry Alexandre, qui intervenait au nom de 49 blocs et plusieurs organisations de la région, la pratique consistant à boycotter la production rizicole dans la Vallée remonte à plusieurs années.

D’abord, les entrepreneurs qui contrôlent le marché des semences avaient commencé par provoquer une rareté de semences sur le marché, a déclaré Pascal Djerry Alexandre qui a poursuivi qu’en suite ces entrepreneurs ont “empoisonné” la production des paysans et planteurs de riz de l’Artibonite à l’aide de semences de mauvaise qualité. Enfin, ils ont installé une insécurité dans les deux (2) communes les plus productives de la région, à savoir Dessalines et Petite-Rivière de l’Artibonite, a ajouté le président de la COPSA.

Le président de la Coopérative de production et de service agricole de l’Artibonite (COPSA), Pascal Djerry Alexandre, qui se prononçait au nom de ces 49 blocs et plusieurs organisations de ladite Vallée, a fait savoir que cette manœuvre orchestrée par des entrepreneurs pour affaiblir la production de riz dans la Vallée de l’Artibonite existe depuis plusieurs années. 

Pour sa part, le président de la Fédération nationale des producteurs agricoles d’Haïti (FENAPAH), Pierre Richard Saintard a dénoncé la corruption qui sévit au sein du programme présidentiel baptisé « Karavàn Chanjman ». Il a, en outre, qualifié les corrupteurs et corrompus de “saboteurs”, d’individus qui sont contre le développement du pays.

Après avoir présenté les différents problèmes que confrontent la production de riz dans la Vallée de l’Artibonite, le représentant de ces 49 blocs et des différentes organisations susmentionnés a formulé des recommandations aux pouvoirs exécutif et législatif pour pallier ces problèmes. Parmi ces recommandations figurent la ratification d’un gouvernement dans le plus bref délai, le vote du budget rectificatif pour l’exercice 2018-2019, la prise en charge des besoins urgents de la Vallée de l’Artibonite et le rétablissement d’un climat sécuritaire dans le pays.

HS

Laisser un commentaire