Accueil Politique

Après son audition au Parquet des Gonaïves, Emmanuel Toto Constant sera écroué à Port-au-Prince ou Croix-des-Bouquets

791

Haïti standard, le 26 juin 2020.-

L’ex leader paramilitaire du Front pour l’avancement et le progrès des Haïtiens (FRAPH), Emmanuel Toto Constant a été auditionné, le 25 juin 2020, au Parquet des Gonaïves puis envoyer à la prison civile de Saint-Marc, dans le département de l’Artibonite, a confirmé le substitut du commissaire du gouvernement, Me Adisson Dirogène.

Selon le magistrat debout, la prison civile des Gonaïves n’est pas en état pour le moment et c’est la raison pour laquelle, le déporté sera transféré dans une prison située dans le département de l’Ouest, à savoir la prison civile de Port-au-Prince ou celle de Croix-des-Bouquets.

LIRE AUSSI:  Politique : Moïse Jean-Charles minimise les déclarations de certains leaders de l’opposition

En marge de son audition, le tortionnaire a expliqué qu’il vient de purger une peine de 15 ans de prison à New York (USA) et qu’il a été arrêté avant d’être conduit à la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ), a rapporté le substitut du commissaire du gouvernement, Me Adisson Dirogène.

Aussi, faut-il souligner que l’ancien responsable du FRAPH a déjà été jugé et condamné par contumas, en 2004, dans le cadre du massare de Raboteau, un quartier populeux des Gonaïves, et des assassinats perpétrés contre de nombreux Citoyens.

Après son audition au Parquet des Gonaïves, Emmanuel Toto Constant sera écroué à Port-au-Prince ou Croix-des-Bouquets
Le tortionnaire Emmanuel Toto Constant emmené par des agents de la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ), au moment de sa descente d’avion (photo de courtoisie)

Déporté au pays, le 23 juin 2020, Emmanuel Toto Constant est actuellement placé aux ordres de la justice qui doit statuer sur son sort. Parallèlement, des représentants des familles victimes s’organisent et réclament justice pour les disparus (e).

LIRE AUSSI:  Refus d'afficher en gourde les prix des marchandises, 2 commerçants arrêtés par le ministère du commerce

HS/Haïti standard