Accueil Politique

Assassinat du président Jovenel Moïse : Michel Martelly brise le silence

Haïti standard, le 27 janvier 2022.-

Lors d’une intervention réalisée en direct sur Facebook, dans la soirée du 27 janvier 2022, l’ex président Joseph Michel Martelly a déclaré qu’ « on ne lui pardonnera jamais d’avoir choisi un paysan, car le pays est traversé par un ostracisme outrancier qui ne laissera aucune chance à ceux qui n’ont ni titre, ni n’appartiennent pas à un groupe bien déterminé. »

L’ex président Joseph Michel Martelly affirme avoir été bien placé pour le dire. Ce, pour avoir eu le privilège d’être président de cette Nation. D’autant plus, il a l’habitude de dire « j »ai vu, j’ai entendu, j’ai subi et j’ai compris. »

Au cours de cette intervention, l’ex président Joseph Michel Martelly, dans ses propos, a expliqué qu’ « il avait choisi cet homme, Jovenel Moïse, parce qu’il croyait en lui, en ses rêves et en sa réussite. »

« C’était un millionnaire dans l’âme avant de devenir président de la République, je le savais. Beaucoup de gens le savaient aussi, mais la bonne volonté n’était pas tout dans ce pays, notre pays », a poursuivi l’ancien chef de l’État au cours de cette intervention.

L’ex chef de l’État en a profité pour envoyer un message clair, sans langue de bois à ceux qui opinent, qui le condamnent déjà ainsi que sa famille. Il leur répond que son silence était dicté par le respect de la loi.

Il y a une enquête en cours, dit-il, laissons à la justice le soin de faire son travail, a martelé Joseph Michel Martelly. Ce dernier a poursuivi que : « ceux qui perturbent l’enquête, salissent la scène du crime barbare et abominable de leurs empreintes et de leurs interférences, pour brouiller les pistes, savent qui ils veulent innocenter et qui ils veulent condamner pour les faire taire… »

Une déclaration qui fait ressortir une certaine crainte, selon l’ancien locataire du Palais national

LIRE AUSSI>>  Haïti : "reprise graduelle" des activités scolaires à partir du 10 août, le MENFP donne le ton

« Je croyais en lui, je croyais dans son projet, dans sa fougue, dans sa folie, dans sa simplicité et son humanisme », s’est regretté Joseph Michel Martelly qui a voulu manifester son regret face à cette perte inestimable pour Haïti.

« Ce pays n’était pas fait pour Jovenel, cette société de gens aux collets montés n’était pas prête à faire de la place à des « ti Jovenel, des paysans, des gwo zòtèy » de l’arrière-pays », a souligné Joseph Michel Martelly qui paraphrasait la victime.

Au terme de cette intervention, l’ancien chef d’État a conclu qu’ « on ne le pardonnera jamais cet affront consistant à imposer un paysan face au système qui l’a marginalisé ainsi que ses semblables. »

Assassinat du président Jovenel Moïse : Michel Martelly brise le silence
L’ex président de la République Joseph Michel Martelly (photo internet)

« Je suis le premier des Jovenelistes », a insisté Joseph Michel Martelly objet, selon lui, de critiques et d’accusations sans fondements et sans preuves comme c’est toujours le cas ici dans ce pays.

HS/Haïti standard