Accueil Justice

Assassinat du président Jovenel Moïse : première comparution de John Joël Joseph devant un tribunal fédéral américain depuis son extradition

Haïti Standard, le 9 mai 2022.-
Extradé vers les Etats-Unis, le 6 mai 2022, après quatre (4) mois d’emprisonnement à la Jamaïque pour une infraction à l’immigration, l’ancien sénateur du département de l’Ouest, John Joël Joseph, a comparu devant un tribunal fédéral américain dans l’après-midi du lundi 9 mai 2022. Ce, pour répondre des multiples accusations portées contre lui dans l’assassinat du président Jovenel Moïse survenu le 7 juillet de l’année dernière.

Celui qui avait siégé au Sénat haïtien de 2009 à 2015, et, travaillé comme consultant politique et de sécurité en Haïti après la fin de son mandat au parlement, est le troisième suspect dans cette affaire à avoir été inculpé et extradé vers le pays de l’Oncle Sam. Il est accusé de « complot en vue de commettre un meurtre ou enlèvement, avoir fourni un ‘soutien matériel’ dont des véhicules qui ont servi dans l’opération ayant conduit à la mort du président Jovenel Moïse, entre autres”.

L’ancien membre de la 49e législature haïtienne a accepté d’être détenu avant son procès devant le tribunal fédéral de Miami, déclarant à un juge d’instruction que « je fais confiance au système judiciaire américain ». Même quand la procureure fédérale, Andrea Goldbarg, avait déjà demandé au juge de le retenir avant le procès en raison de deux facteurs : ‘le risque de fuite et le danger pour la communauté’.

L'épouse de Joseph Joël John et ses 2 enfants demandent l'asile politique à la Jamaïque
Arrêté le 15 janvier 2022 à la Jamaïque, John Joël Joseph, l’un des suspects dans l’assassinat du président Jovenel Moïse (photo internet)

L’ancien parlementaire, incarcéré au centre de détention fédéral de Miami, risque la prison à vie si les faits qui lui sont reprochés sont justifiés, ayant été identifié par plusieurs sources des enquêteurs du Bureau fédéral des investigations (FBI) et du Département de la sécurité intérieure des États-Unis, comme un suspect clé dans l’assassinat du président Jovenel Moïse. Celui qu’on surnomme « Triple J » est aussi considéré comme l’une des personnes pouvant aider à faire la lumière dans ce dossier.

Si Mario Antonio Palacios Palacios, un ancien soldat colombien, a choisi de plaider non coupable, tandis que Rodolphe Jaar, un homme d’affaires haïtien et trafiquant de cocaïne précédemment condamné, a quant à lui choisi de coopérer avec les autorités américaines, l’heure est maintenant à John Joël Joseph qui doit à nouveau comparaître devant le tribunal fédéral de Miami prochainement.

LIRE AUSSI>>  Justice : le meutrier de Georges Floyd condamné à 22 ans et demi de prison

Notons qu’environ 40 suspects dont 18 anciens militaires colombiens sont emprisonnés, jusqu’à date, en Haïti. Les Colombiens sont accusés d’avoir pris d’assaut le complexe présidentiel dans les collines au-dessus de Port-au-Prince, à Pèlerin 5, au milieu de la nuit du 6 au 7 juillet 2021. Le président a été abattu de plusieurs balles et son épouse, Martine Moïse, blessée.

HS/Haïti Standard