Accueil Culture

Cap-Haïtien (Nord) : au moins un blessé par balle recensé sur le char de Sweet Micky

Haïti standard, le 25 février 2020.- En marge du défilé du groupe Sweet Micky au carnaval du Cap-Haïtien, au moins un blessé a été recensé sur le char de Joseph Michel Martelly, ex-président de la République. L’information est confirmée par le président du compas auto-proclamé dans une courte vidéo diffusée sur les réseaux sociaux.

Selon des sites d’informations en ligne, il s’agissait de l’ancienne directrice du Service métropolitain de collecte de résidus solides (SMCRS) devenu actuellement Service national de gestion de résidus solides (SNGRS), Zchéa Caze qui a été touchée au niveau de l’une de ses jambes, alors qu’elle dansait sur le char en question, au moment où des tirs nourris ont été entendus.

L’ancien président Joseph Michel Martelly a lui-même précisé, à travers cette vidéo, qu’il est « là et en santé » par la grâce de Dieu. Il en a profité pour remercier les Capois avant de les souhaiter une « joyeuse fête ».

Selon des informations confirmées par le correspondant de Haïti standard dans le département du Nord, les matériels et instruments musicaux ont été retirés sur le char de Sweet Micky. Un signe, selon notre correspondant, que celui-ci ne sortira pas à l’occasion du 3e jour gras, le 25 février 2020.

Aussi, faut-il rappeler qu’après la vague de violences qui a déferlé sur le Champ de mars, axe stratégique dans l’organisation du carnaval, le gouvernement avait annulé, le 23 février 2020, les festivités à Port-au-Prince.

Cap-Haïtien (Nord) : au moins un blessé par balle recensé sur le char de Sweet Micky
L’ex président Joseph Michel Martelly (photo internet)

Une décision prise de manière tardive, selon certains observateurs, car les policiers réclamant le droit de former un syndicat au sein de la police avaient annoncé leur intention de boycotter le carnaval national, si les autorités ne prenaient pas en compte leurs revendications.

LIRE AUSSI>>  Port-au-Prince : vive tension au centre-ville pour réclamer la libération du chef de gang Ezéchiel Alexandre

HS/Haïti standard