Accueil Politique

Cap-Haïtien (Nord) : un jeune homme blessé par balle, Yvon Altéon pointé du doigt…

711

Haïti standard, le 23 février 2020.- L’ancien maire du Cap-Haïtien qui s’est présenté comme « chargé de mission dans le département du Nord », Yvon Altéon est accusé d’avoir tiré sur un jeune homme. L’incident s’est produit, le 22 février 2020, à la fin d’un défilé organisé au centre-ville par la bande à Joseph Michel Martelly, « Sweet Micky ».

Âgée de 24 ans, la victime a été identifiée sous le nom de Frisnel Raymond. Ce dernier a reçu le projectile au niveau de la cuisse. Tout de suite après, le jeune homme a été transporté d’urgence à l’Hôpital universitaire justinien (HUJ) du Cap-Haïtien, dans le but de recevoir les soins que nécessitait son cas.

LIRE AUSSI:  Coronavirus - Nippes : la délégation départementale à pied d'oeuvre

« L’ancien délégué départemental se débrouillait pour quitter les lieux, à cause d’un groupe d’individus qui le menaçaient et c’est à partir de ce moment-là que j’ai reçu la balle », a expliqué la victime au micro de plusieurs journalistes qui s’étaient rendus à l’hôpital après l’évènement.

Contacté par le correspondant de Haïti standard, l’ex-délégué départemental du Nord sous l’administration de l’ancien président Joseph Michel Martelly, Yvon Altéon a réfuté l’idée selon laquelle il aurait tiré sur quelqu’un au moment de quitter les lieux.

« Après le défilé de Sweet Micky, de l’aéroport du Cap-Haïtien à Carénage, quartier du centre ville, je m’apprêtais à rentrer chez moi quand des individus tentaient de m’empêcher d’atteindre ma voiture. C’est alors que je m’étais obligé de sortir mon arme et tirer en l’air à cinq (5) reprises pour regagner mon véhicule », a précisé Yvon Altéon.

LIRE AUSSI:  Les comptes bancaires des mairies d'Haïti crédités pour lutter contre le Coronavirus
Cap-Haïtien (Nord) : un jeune homme blessé par balle, Yvon Altéon pointé du doigt... 1
L’ex président de la République Joseph Michel Martelly, au moment du défilé de Sweet Micky dans la 2e ville du pays, le 22 février 2020 (crédit photo Le Nouvelliste)

« Si je tirais sur les gens qui m’empêchaient de regagner ma voiture, il y aurait au moins une dizaine de blessés », a soutenu l’ancien maire du Cap-Haïtien qui a conclu que le véhicule qu’il conduisait a essuyé des tirs de la part d’individus non identifiés.

HS/Haïti standard