Accueil Insécurité/Sécurité

Carrefour : un homme tué par balles et un journaliste agressé par un policier

498

Haïti standard, le 14 juillet 2020.-

Après plusieurs coups de feu entendus à Bizoton, dans la commune de Carrefour, ce mardi en fin de matinée, le corps sans vie d’un homme a été aperçu sur la chaussée.

Des riverains ont précisé que ce sont des individus armés circulant à bord d’une motocyclette qui ont descendu l’homme en question.

Par ailleurs, le directeur de la salle des nouvelles de Mélodie FM et PDG de « Jounal 100 kanpe », Simonis Ricardo, qui s’approchait du cadavre, a été agressé physiquement par l’un des policiers présents sur les lieux du crime.

Selon le confrère, l’agresseur n’a pas hésité à mettre la main au collet de sa chemise, pour lui dire qu’il n’a pas le droit de prendre des photos du corps allongé sur le macadam.

LIRE AUSSI:  Croix-des-Bouquets (Ouest) : un agent de la police nationale tué à Lathan

Les appels répétés du journaliste au policier agresseur, qu’il est en train de réaliser son travail consistant à recueillir des informations, cela n’a pas calmé l’ardeur de l’homme en uniforme qui voulait à tout prix s’emparer du matériel de travail du journaliste, a expliqué Simonis Ricardo à un reporteur de Haïti standard.

Sous le choc, le journaliste a fait part de son indignation face à ce comportement affiché par un agent de la Police nationale d’Haïti (PNH) dont la mission est de « protéger et servir ».

Aussi, faut-il rappeler qu’un policier affecté au commissariat de Carrefour avait abattu lâchement un jeune qui, selon des riverains, revenait du Chili. Le présumé assassin avait eu le temps de s’échapper après une convocation des policiers qui se trouvaient dans la patrouille indexée dans l’exécution de ce jeune.

LIRE AUSSI:  Ganthier (Ouest) : un bébé de 3 mois et sa mère tués à "Papay"
Carrefour : un homme tué par balles et un journaliste agressé par un policier
Capture d’écran d’une vidéo montrant le policier agresseur présent sur la scène de crime

Depuis lors, la communauté carrefouroise est restée sans nouvelle de cette enquête qui se poursuit comme d’habitude.

HS/Haïti standard