Accueil Politique

Cité par un journal colombien dans l’assassinat du président de la République, Claude Joseph laisse la Primature

853

Haïti standard, le 19 juillet 2021.-

Le premier ministre révoqué Claude Joseph, qui avait accaparé le pouvoir, après l’assassinat de Jovenel Moïse ancien président de la République, a finalement accepté de céder le poste de premier ministre. En effet, c’est le premier ministre nommé, Ariel Henry qui occupera ce poste, selon le journal Le Nouvelliste.

Moins d’une heure après l’assassinat de l’ancien locataire du Palais national, Claude Joseph avait non seulement confirmé l’assassinat en question mais aussi, il avait déclaré que la « situation était sous contrôle », au moment de lancer un appel au calme notamment sur les ondes de plusieurs stations de radio de la Capitale.

Ainsi, le premier ministre révoqué occupera-t-il la fonction de ministre des affaires étrangères et des cultes dans le gouvernement de Ariel Henry. Le premier ministre a.i et de facto avait reçu le support de la représentante spéciale du Secrétaire général des Nations-Unies et également cheffe du Bureau intégré de l’ONU en Haïti (BINUH), Hélène Meagher Lalime.

Quelques jours après, le Core group composé de la plupart des ambassades des pays qui se disent amis d’Haïti, entre autres, allait désapprouver la présence de Claude Joseph à la Primature de la République. Les États-Unis ont fait également pareil par rapport à la présence de Claude Joseph à la Primature.

À l’approche de la date des funérailles de l’ancien chef d’État, fixée pour le 23 juillet 2021, des révélations accablantes continuent de défrayer la chronique. Les dernières révélations à date font état de plusieurs appels de détresse effectués par Jovenel Moïse à destination du directeur général a.i de la Police nationale d’Haïti (PNH), Léon Charles, de son coordonnateur de sécurité Jean Laguel Civil et du responsable de l’Unité générale de la sécurité du palais national (USGPN), Dimitri Hérard, entre autres.

HS/Haïti standard