Accueil Insécurité/Sécurité

Cité Soleil (Ouest) : G-9 vs G-pèp, environ 20 morts à l’actif de la guerre des gangs

Haïti standard, le 11 juillet 2022.-

La bataille des gangs armés a redémarré, depuis le 8 juillet 2022, dans la commune de Cité Soleil (Ouest), entre la fédération des gangs armés dénommée « G-9 » et « G-pèp ». Environ 20 morts ont déjà été recensés entre les belligérants, ont rapporté des habitants de ladite commune qui ont dénombré de paisibles Citoyens parmi les individus tués.

Le maire de Cité Soleil, Jean Hislain Frédérick, qui intervenait sur les ondes de radio Caraïbes, dans la matinée du 11 juillet, a déclaré que ce chiffre peut être révisé à la hausse, car les gangs armés disposent d’ « espace » pour enterrer les cadavres. À défaut de cela, ces derniers sont brûlés par les gangs armés.

À titre d’exemple, le premier citoyen de la commune a fait savoir qu’une ambulance dépêchée dans le quartier de Boston, pour récupérer et transporter des cadavres à la morgue et des bandits ont incendié l’ambulance ainsi que les cadavres, dans la zone dénommée « dèyè mi », à Cité Soleil.

Selon le magistrat, c’est la première fois que cette situation prévaut à Cité Soleil où des habitants d’un quartier donné ne peuvent pas fréquenter un autre quartier. Des chefs de gangs ont placé des « soldats » à certains endroits, pour mieux « protéger » leur territoire, a critiqué le maire Jean Hislain Frédérick.

Ce dernier en a profité pour dénoncer l’absence de policiers depuis deux (2) ans au niveau de sa commune. À l’exception d’une antenne de police située à proximité d’ « E-power » où il y a quelques agents de la Brigade d’intervention motorisée (BIM), le commissariat de Cité Soleil ainsi que les cinq (5) sous commissariats de la commune ne disposent pas de policiers », s’est désolé le maire Jean Hislain Frédérick.

LIRE AUSSI>>  Haïti : de 304 à 724 morts, le bilan du séisme du 14 août continue de s'alourdir

Aussi, faut-il rappeler que cette guerre des gangs a redémarré le 8 juillet 2022 entre les groupes armés opérant dans la commune susmentionnée. Une situation qui aggrave la réalité socio-économique des habitants du plus grand bidonville du pays.

HS/Haïti standard