Accueil Politique

Collectivités territoriales : des groupes d’intérêt manifestent pour le contrôle de la Mairie de Tabarre

618

Haïti standard, le 17 juillet 2020.-

Une vague de protestation a été constatée, en milieu de journée, dans la commune de Tabarre. Tirs nourris au moyen d’arme automatique, barricades de pneus enflammés et propos hostiles contre la Mairesse de Tabarre, Nice Simon, reconduite comme agent intérimaire de l’exécutif ont caractérisé cette vague de protestation.

Des centaines de protestataires ont exigé le départ du Conseil communal dirigé par Nice Simon. Ils en ont profité pour annoncer un durcissement des manifestations visant à renverser la Mairesse Nice Simon à la tête dudit conseil.

À défaut de parler avec la Mairesse Nice Simon injoignable au téléphone, au moment de l’appel, plusieurs sources ont été contactées à la Mairie de Tabarre. Selon elles, au moins deux (2) groupes d’intérêt sont dans les rues en vue d’obtenir le contrôle de la Mairie en question.

D’abord, il y a les hommes de l’ex compagnon de la Mairesse, Yves Léonard, qui réclament la nomination de Chenet Coriolan dit « Yabout » au poste d’agent intérimaire de l’exécutif, a précisé l’une de nos sources sous couvert de l’anonymat.

Ensuite, il y a des partisans de Charriot Casimir, un agent de l’Unité de la sécurité présidentielle (USP), sous l’ex président Joseph Michel Martelly, qui auraient trouvé une entente avec le Palais national, afin de les confier la gestion de ladite Mairie.

Et, à la sortie de l’arrêté qui a reconduit Nice Simon à son poste, les partisans de Charriot Casimir ont estimé qu’ils ont été trahis par le Chef de l’État. En effet, ils décident de maintenir la pression, afin d’obtenir satisfaction, a poursuivi l’une des sources contactées à la Mairie de Tabarre.

Collectivités territoriales : des groupes d'intérêt manifestent pour le contrôle de la Mairie de Tabarre
Vue partielle d’une manifestation réalisée contre la Mairesse de Tabarre Nice Simon (photo archives)

Cette dernière a, en outre, averti que si rien n’est fait tant auprès du Palais national que du côté de ces groupes d’intérêt, pour résoudre le problème, la situation pourra dégénérer davantage au sein de la commune.

HS/Haïti standard