Accueil International

Coronavirus : le Président élu des États-Unis Joe Biden a reçu son premier dose de vaccin

638

Haïti standard, le 21 décembre 2020.-

Le Président élu des États-Unis Joe Biden et sa femme Jill Biden ont reçu leur première dose de vaccin contre le Coronavirus, ce lundi 21 décembre 2020, dans la ville de Wilmington, dans l’État de Delaware, aux États-Unis.

Le Président élu des États-Unis a reçu sa première dose de vaccin, deux (2) semaines après que le FDA ait approuvé la distribution et la commercialisation du vaccin Pfizer/BioNTech qui est développé par un géant américian ainsi qu’un laboraitoire allemand.

La réception en publique du vaccin par le Président élu vient une semaine après la vaccination du vice-président américain Mike Pence et sa femme par-devant les caméras de la presse. Maintenant, il reste d’autres personnes publiques dont les anciens présidents Barack Obama, Georges W. Bush, Bill Clinton qui avaient déclaré publiquement qu’ils étaient prêts à prendre le vaccin par-devant les caméras des journalistes.

La réception du vaccin en public se fait dans le souci de renforcer la confiance de la population dans le processus de vaccination. Car, selon les témoignages de plus d’un, cette campagne de vaccination contre le Coronavirus fait partie d’un complot organisé par une frange de l’élite économique mondiale pour mieux asseoir leur suprématie sur le reste de la population.

Au cours de cette semaine, un deuxième vaccin a été approuvé par le FDA. Il s’agit de celui produit par Moderna. Selon le rapport des autorités américaines, plus de 500 mille personnes ont déjà réçu leur dose de vaccin. Ils sont pour la plupart des employés de première ligne comme le personnel médical.

Coronavirus : le Président élu des États-Unis Joe Biden a reçu sa première dose de vaccin
Le Président élu des États-Unis Joe Biden au moment de recevoir sa première dose de vaccin contre le Coronavirus (photo radio Canada)

Pendant ce temps, une nouvelle variante du Coronavis vient d’être découvert en Angleterre. Ce qui fait que certains pays de l’Europe ferment déjà leur frontière en vue de protéger leur population. De l’avis de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le monde n’a pas besoin de s’alarmer de la variante trouver en Angleterre.

Sources combinées

HS/Haïti standard