Démocrate oui mais comment ?

105

Ce texte soumis à la rédaction de Haïti standard, le 7 septembre 2019, n’engage que son auteur dont la signature figure à la fin dudit texte.

Idées et réflexions

Beaucoup de gens feignent aimer les débats ou clament que certains espaces comme l’université, le Parlement devraient être des lieux de débats et de confrontations des idées.

Pour noble que cette position puisse nous paraître, cependant, elle nous révèle notre ignorance de ce qui fonde notre société et notre incapacité à nous comprendre et comprendre notre mode d’être !

Qu’est-ce que l’Haïtien au regard de la démocratie (les débats/confrontation des idées )?

Il faut qu’on soit honnête avec soi pour dire que l’Haïtien est né dans une famille où règne la dictature, où ce sont les contraintes physiques et morales qui articulent ses liens. Notre société est tissée par les fils autoritaires soit d’un père / une mère ; soit d’un oncle, un frère ou une sœur etc. L’enfant haïtien est en permanence sous cette tension de non présence. Car les autres veulent se réaliser à travers lui. Il est élevé en dictat, et dans beaucoup de familles le conseil clé est de se méfier des autres enfants, de ne pas manger avec eux (car on ne connaît pas ce qui se passe dans la tête de leurs parents) et surtout! de ne pas lire dans les livres des autres!

L’enfant doit absorber l’angoisse de ses parents, leur ignorance, leur haine ainsi que leur crainte. L’enfant haïtien est un enfant chargé, tiraillé de tout part par des contraintes ! C’est sur cette base qu’il doit échanger avec ses pairs.

À l’école, il a un prof qui vient lui dire qu’il n’est rien s’il n’est pas comme lui (complexe), qui fait l’éloge de ceux et celles ayant obtenus de bonnes notes en classe (des moyennes comme 7,8) et rabaisse ceux-la ayant des moyennes inférieures (vedettaria). Devant son professeur tout puissant (exemple à suivre) il doit lutter, travailler seul pour pouvoir l’emporter en classe ! Il est donc en lutte avec les autres pour s’affirmer et de ce fait, en lutte avec soi-même !

Après l’école primaire/secondaire, il va pouvoir fréquenter l’université pour apprendre la démocratie, à travailler en groupe, à débattre, à accepter les idées contraires sans vouloir la peau à son opposé ! Il va apprendre la laïcité, la cohabitation de toute forme de religion dans une société donnée sans se mêler dans les affaires « politiques étatiques ».

En 4 ans seulement, on va essayer de lui faire croire qu’il est démocrate! Et qu’Haïti est une démocratie malgré tout. Or l’université le sait bien, toute la base de la société tisse ses liens avec la figure autoritaire d’une part et celle du « restavèk » de l’autre. Elle se décline aussi en « Bòs mwen » et « jwè mwen ». Les relations institutionnelles sont calquées sur cette figure de Patron/Restavèk et non sur celle d’un échange entre des égaux en droit.

Cependant, cela n’empêche pas à tout le monde de se déclarer démocrate en Haïti bon gré mal gré !

Nicodem Jean Baptiste

[email protected]

[email protected]

Laisser un commentaire