Accueil Diplomatie

Dénoncé par la clameur publique dans l’assassinat du Président, le DG de la police a rencontré des responsables américains

788

Haïti standard, le 25 juillet 2021.-

Le directeur général de la Police nationale d’Haïti (PNH), Léon Charles a rencontré, le 24 juillet 2021, une délégation américaine composée notamment de l’envoyé spécial Daniel Foote et de l’ambassadrice américaine accréditée dans le pays Michèle J. Sison. La rencontre s’est déroulée autour du soutien des USA, dans la lutte contre les gangs armés qui contrôlent plusieurs communes du territoire national.

Cependant, la veille des funérailles nationales du président Jovenel Moïse et le jour du déroulement de ces funérailles, dans la 2e ville du pays, le 23 juillet dernier, des habitants de Cap-Haïtien avaient accusé le directeur général de la PNH, Léon Charles, d’être complice dans l’assassinat du chef de l’État.

D’autant plus, les autorités américaines sont très impliquées dans l’enquête relative à cet assassinat, car elles ont délégué sur place (en Haïti) des agents du bureau fédéral d’investigation (FBI). Plus de 15 jours après le crime, aucune information n’a été rendue publique sur les commanditaires de cet assassinat. Ce, en dépit de la participation du FBI à l’enquête.

LIRE AUSSI:  Nommé en Haïti en juillet 2021, Daniel Foote démissionne de son poste d’envoyé spécial

Ajouter à cela, les autorités américaines avaient reconnu que les États-Unis ont contribué à la formation de certains mercenaires au moment où ils étaient actifs dans l’armée colombienne. Pour l’instant, ces mercenaires et des américains d’origine haïtienne sont présentés comme étant les auteurs matériels de cet assassinat. Pas encore un mot sur le ou les commanditaires !

Dénoncé par la clameur publique dans l'assassinat du Président, le DG de la police a rencontré des représentants américains
Déroulement de la rencontre entre le directeur général a.i de la PNH, Léon Charles et des représentants du gouvernement américain (photo PNH)

Dans ce mic mac, il est peu probable que le président Jovenel Moïse, assassiné à l’intérieur de sa résidence, tôt dans la matinée du 7 juillet 2021, parvienne à obtenir justice. Qui pis est, aux funérailles de Jovenel Moïse, l’épouse du chef de l’État, Martine Moïse avait déclaré que son mari était entouré de traitres et qu’il a été trahi par ses proches qui continuent de courir les rues.

LIRE AUSSI:  Nommé en Haïti en juillet 2021, Daniel Foote démissionne de son poste d’envoyé spécial

HS/Haïti standard