Accueil Politique

Dépôt des pièces de Fritz Alphonse Jean en compagnie d’hommes armés : le bureau de communication du candidat réagit

Haïti standard, le 18 janvier 2022.-

Après le constat d’au moins deux (2) hommes armés de fusils automatiques qui accompagnaient le candidat a la présidence provisoire, Fritz Alphonse Jean, lors du dépôt de ses pièces, le 17 janvier 2022, le bureau de communication dudit candidat a qualifié de « grossière machination politique » le tollé provoqué par ce constat.

Dans une « note de précision » publiée le 18 janvier 2022 dont une copie a été acheminée à la rédaction de Haïti standard, ledit bureau dit « constater avec stupéfaction la grossière machination politique mise en route depuis hier, le lundi 17 janvier, après le dépôt des pièces du candidat à la présidence provisoire d’Haïti, au Bureau de suivis de l’accord (BSA). »

Par ailleurs, le bureau susmentionné dit comprendre cette « démarche d’intimidation » du candidat à la présidence provisoire comme une manoeuvre « d’intimidation du candidat et une volonté d’entraver la marche du peuple haïtien dans sa quête de liberté. »

Aussi, le bureau de communication du candidat à la présidence provisoire a-t-il précisé que « les deux (2) citoyens qui accompagnaient Fritz Alphonse Jean lors du dépôt de ses pièces sont des policiers qui assuraient la sécurité du candidat et des participants venus supporter la candidature de Fritz Alphonse Jean. »

Dépôt des pièces de Fritz Alphonse Jean en compagnie d'hommes armés : le bureau de communication du candidat réagit
Le candidat à la présidence provisoire d’Haïti, Fritz Alphonse Jean au moment de faire son entrée au local du CNT, à Pétion-Ville (photo de courtoisie)

Avant d’appeler au « calme jusqu’à la victoire finale » les partisans dudit candidat et la population, le bureau en question a fait savoir que l’initiative prise par Fritz Alphonse Jean fait peur au pouvoir en place et aux candidats rivaux, car elle « augure de la rupture annoncée », a ajouté la note de précision.

LIRE AUSSI>>  Révocation de 3 hauts fonctionnaires d’État : le premier ministre de facto Ariel Henry montre ses dents

HS/Haïti standard