Accueil Insécurité/Sécurité

Des armes, des téléphones portables et de la marijuana retrouvés à la prison civile de Port-au-Prince

Haïti standard, le 31 janvier 2020.- Des agents de la Police nationale d’Haïti (PNH) dont ceux de la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ) ont récupéré à la prison civile de Port-au-Prince, trois (3) armes à feu, 24 téléphones portables, 101 petits paquets de marijuana, 37 couteaux et 124 piques.

L’information a été communiquée, le 31 janvier 2020, par le porte-parole adjoint de l’institution policière, Garry Desrosiers qui a annoncé la poursuite de l’enquête entamée après la tentative d’invasion survenue au plus grand centre carcéral du pays, au cours de la journée du 28 janvier 2020.

Des armes, des téléphones portables et de la marijuana retrouvés à la prison civile de Port-au-Prince
Vue partielle de quelques armes blanches retrouvées à la prison civile de Port-au-Prince (photo de courtoisie)

L’inspecteur Garry Desrosiers a fait savoir qu’un « vaste trafic illicite » se déroulait à l’intérieur de ladite prison. En outre, le porte-parole adjoint de la PNH a précisé que des dispositions seront prises, afin de déterminer les coupables.

En marge d’une conférence de presse donnée en vue de présenter les objets saisis à la prison civile de Port-au-Prince, le porte-parole adjoint de la PNH en a profité pour présenter le bilan des opérations menées par l’institution policière au cours de la période allant du 1e au 30 janvier 2020.

Des armes, des téléphones portables et de la marijuana retrouvés à la prison civile de Port-au-Prince
Des téléphones portables retrouvés au pénitencier national (photo de courtoisie)

« 16 armes à feu confisquées, 10 véhicules interceptés et 18 kg de marijuana saisis par la PNH », a indiqué l’inspecteur Garry Desrosiers qui a ajouté que 16 morts et une trentaine de blessés ont été recensés, suite à des accidents de voiture survenus dans le pays au cours de la période susmentionnée.

HS/Haïti standard

LIRE AUSSI>>  Port-au-Prince : une jeune femme tuée à coups de couteau, le meurtrier conduit à la DCPJ par ses parents