Accueil Insécurité/Sécurité

Des gangs dominicains opèrent en Haïti, confirme Molaï Ortiz Mieses arrêté par la police

Haïti standard, le 22 juin 2022.-

Suite à son interrogatoire à la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ), un ressortissant dominicain, Molaï Ortiz Mieses, arrêté à la 5e avenue Bolosse, le 13 mai 2022, a confirmé que des gangs dominicains opèrent en Haïti.

« Ils sont légion les Dominicains qui font partie intégrante des gangs armés opérant actuellement en Haïti », a fait savoir le Dominicain Molaï Ortiz Mieses, au cours de son interrogatoire par des enquêteurs de la DCPJ.

Selon des informations rapportées par la Police nationale d’Haïti (PNH), « José Lito, de nationalité dominicaine, Venel alias ti blan, Tossou, Francilié, Dieu Pi-Fort, Hubert, sont quelques uns des acolytes de Molaï Ortiz Mieses » qui ont attaqué la patrouille de l’inspecteur Dan Jerry Toussaint, tué le 1e janvier 2022, à Laboule 12.

« Il a révélé qu’ils étaient au moins huit (8) individus membres de la bande à « timakak », lourdement armés de fusils d’assaut, qui a attaqué le backup du sous-commissariat de Thomassin, où l’inspecteur divisionnaire Jerry Toussaint avait reçu une balle à la tête et une autre au cou », a précisé la PNH.

Après avoir été arrêté à plusieurs reprises en République Dominicaine, Molaï Ortiz Mieses s’est installé en Haïti depuis l’année 2012, à l’époque il avait intégré le gang de « timakak ». Au moment de son arrestation par la PNH, il faisait partie du gang de « ti lapli » qui le surnommait « nèg atè a ». Ce, en fonction de son habileté à conduire des véhicules tout-terrain et des motocyclettes.

Des gangs dominicains opèrent en Haïti, confirme Molaï Ortiz Mieses arrêté par la police
Le ressortissant dominicain et membre du gang de « ti lapli », Molaï Ortiz Mieses, arrêté par la PNH, le 13 mai 2022 (source PNH)

Il n’est un secret pour personne que des étrangers sont impliqués dans des activités criminelles en Haïti. Les gangs armés sont actifs dans le pays depuis plus de deux (2) ans, pourtant aucune disposition spéciale n’a été prise tant au niveau des ports que des aéroports, pour contrôler l’arrivée des étrangers et de leurs effets en Haïti. L’assassinat de l’ancien président Jovenel Moïse est une preuve palpable de cette absence de contrôle des étrangers dans le pays.

LIRE AUSSI>>  Croix-des-Bouquets (Ouest) : le responsable de la prison tué lors de l'évasion orchestrée au centre carcéral

HS/Haïti standard