Accueil Politique

Des militants du secteur dit démocratique et populaire exigent leur intégration au MPCE

669

Haïti standard, le 17 décembre 2021.-

Suite à l’appel d’un responsable d’une organisation socio-politique invitant des militants du secteur dit démocratique et populaire à « envahir » les ministères où siègent des responsables de ce secteur, plusieurs militants de ce dernier ont vandalisé notamment la salle de conférence du Ministère de la planification et de la coopération externe (MPCE), le 13 décembre dernier. Ces militants exigeaient leur intégration audit ministère.

Face à cette situation, des employés regroupés au sein d’un syndicat au niveau du MPCE ont écrit au premier ministre de facto Ariel Henry, afin de l’inviter à recadrer son ministre qui ne fait rien pour protéger l’image de l’institution.

« Le Syndicat du MPCE vous prie de bien conseiller à votre ministre d’épargner les employés du MPCE de ces situations, aux fins de prévenir les conséquences fâcheuses qui pourraient en résulter », a écrit le syndicat du MPCE au chef du gouvernement, Ariel Henry, le 16 décembre 2021.

Dans une note de presse publiée le 16 décembre 2021, le MPCE dit « déplorer les incidents regrettables survenus, le lundi 13 décembre à la salle Jean Jacques Dessalines où des individus mal intentionnés ont fait irruption dans la salle et causé des dégâts matériels ».

Aussi, le ministère en a-t-il profité pour dédouaner les employés de cet « incident malheureux » qui, selon le MPCE, « tend à ternir l’image de l’institution ».

Des militants du secteur dit démocratique et populaire exige leur intégration au MPCE
L’un des dirigeants du secteur démocratique et populaire et également ministre de la planification et de la coopération externe, Ricard Pierre (photo internet)

Au cours de ces dernières années, le Ministère de la planification et de la coopération externe (MPCE) devient plus politique que technique. Avant le passage des dirigeants politiques Dieuseul Simon Desras et Ricard Pierre à la tête dudit ministère, celui-ci avait connu des conflits entre directeur général et ministre, sans compter des actes de vandalisme.

HS/Haïti standard