Des organisations veulent empêcher la participation de Sweet micky au West indian parade à New York

320

Haïti standard, le 21 août 2019.- Plusieurs organisations haïtiennes évoluant aux États-unis d’Amérique ont adressé, le 20 août, au maire de la ville de New York, Bill de Blasio, une correspondance lui demandant de refuser la participation de Joseph Michel Martelly et sa formation musicale « Sweet micky » à toutes les activités relatives au West indian parade à Eastern Parkway (USA).

Selon des explications fournies par les membres de ces organisations à travers cette correspondance, la présence de l’ancien président d’Haïti, Joseph Michel Martelly, à ces activités, serait dangereuse pour les femmes qui y participeront et irait à l’encontre des valeurs newyorkaises.

Pour justifier leur demande, les représentatnts des différentes organisations ont, en outre, mentionné quelques dérives commises par le lead vocal de Sweet micky parmi lesquelles sa réponse à un journaliste, en 2018, lui déclarant que l’argent du fonds PetroCaribe serait placé dans l’entrejambe de sa femme ; et encore cette année quand il avait appuyé l’ex-footballeur américain OJ Simpson arrêté pour l’assassinat de sa femme, Nicole Brown, l’ancien président d’Haïti avait affirmé que tous les hommes devraient faire pareil si leur femme les trompait.

Aussi, faut-il le souligner que ces organisations ont rappelé au maire de New York, la décision de la mairesse de Montréal, Valérie Plante, qui avait appuyé une demande adressée au gouvernement fédéral par plusieurs organisations de défense des droits des femmes et de citoyens, en mars 2019, de refuser l’entrée de Joseph Michel Martelly au Canada. Une demande qui avait été agréée suite à de multiples protestations, et, avait provoqué ainsi l’annulation d’un concert de Sweet micky qui avait été prévu pour le 22 mars à Montréal.

L’ancien président d’Haïti (2011-2016), Joseph Michel Martelly (photo internet)

Les signataires de cette correspondance sont : Maxi François, représentant de la Solidarité des Haïtiens de la diaspora (SODH), Jean Claudy fils pour le Group Aksyon diaspora (GAD), Edens Debas et Bernadette Dormevil pour Friends of Haïti 2010, ainsi que Eric L. Adams, Jumaane Williams, Yvette D. Clarke, Mathieu Eugène et Rodneyse Bichotte.

HS/Haïti standard

Laisser un commentaire