Accueil Politique

Gonaïves (Artibonite) : des individus armés repoussent une opération policière de déblayage des rues à « Raboto »

900

Haïti standard, le 24 février 2021.-

À Gonaïves, le quartier de « Raboto » échappe, pour le moment, à tout contrôle des autorités municipales et/ou gouvernementales. Des individus armés dudit quartier ont repoussé, le 23 février 2021, des agents de la Police nationale d’Haïti (PNH) qui appuyaient une opération visant à débarrasser les rues de « Raboto » de certains objets encombrants.

Des policiers issus de différentes unités spécialisées de la PNH ont été mobilisés dans le cadre de cette opération dont ceux de la « SWAT team », de la Brigade d’opérations et d’interventions départementales (BOID) et de l’Unité départementale de maintien d’ordre (UDMO). Ces policiers allaient se replier face à la « force de frappe » déployée par les individus armés de « Raboto ».

LIRE AUSSI:  Delmas - Kidnapping : 2 millions de dollars américains exigés pour la libération de 2 jeunes filles enlevées à Solino

Le bilan de l’opération susmentionnée s’est soldée par un blessé dans le camp des autorités. Il s’agissait du chauffeur qui conduisait le tracteur utilisé pour débarrasser les rues des barricades érigées dans divers points stratégiques de « Raboto ».

Selon des habitants de la Cité de l’indépendance, joints au téléphone par la rédaction de Haïti standard, les affrontements entre forces de l’ordre et individus armés se sont déroulés durant plus de deux (2) heures d’horloge.

Gonaïves (Artibonite) : des individus armés repoussent une opération policière de déblayage des rues à "Raboto"
Un individu armé d’un fusil d’assaut lors d’une manifestation a Gonaïves (photo internet/archives)

Ces policiers vont-ils revenir avec d’autres stratégies, en vue de la réussite d’une telle opération ? Une réponse qui paraît évidente dans la mesure où les différentes opérations entamées par la PNH n’ont jamais eu les suivis nécessaires. À titre d’exemple, nous pouvons citer les opérations menées dans le fief du gang « 400 mawozo » (Croix-des-Bouquets), à Village de Dieu (Port-au-Prince) et « Gran ravin » (Port-au-Prince).

LIRE AUSSI:  Paillant (Nippes) : l'agent exécutif intérimaire accusé de corruption par l'un de ses collègues

HS/Haïti standard