Accueil Économie

Incapables de mettre les bandits hors d’état de nuire, les policiers empêchent aux ouvriers de manifester

Haïti standard, le 10 février 2022.-

Des agents de la Police nationale d’Haïti (PNH) ont dispersé, pour la 2e journée consécutive, la manifestation des ouvriers qui réclamaient 1500 gourdes de salaire minimum fixé à 500 gourdes. Démarrée devant les locaux de la Société nationale de parc industriels (SONAPI), la manifestation allait être dispersée quelques minutes plus tard sur la route de l’aéroport.

Les agissements des forces de l’ordre qui lançaient des grenades lacrymogènes contre les manifestants ont occasionné une situation de panique, sur la route de l’aéroport, car les ouvriers courraient dans tous les sens. Les automobilistes, eux, ont fait demi-tour pour se protéger.

Les syndicalistes, qui avaient annoncé trois (3) journées de protestation, n’entendent pas lâcher prise. Ils se sont montrés déterminés à forcer les autorités à fixer le salaire minimum à 1500 gourdes par jour.

Des protestataires ont critiqué les agissements des agents de la PNH qui sont incapables de venir à bout des kidnappeurs. Pourtant, ces derniers continuent d’opérer tant à Port-au-Prince que dans certaines villes de province.

HS/Haïti standard

LIRE AUSSI>>  Artibonite : incendie d'une partie du marché de Petite-Rivière