Accueil Politique

Journée de tension dans la ville des Cayes (Sud) et ses environs

286

Haïti standard, le 28 octobre 2019.- La ville des Cayes (Sud) a connu une situation de tension, au cours de la journée du 28 octobre 2019. Depuis tôt ce matin, la route principale reliant la ville des Cayes aux différentes communes situées sur la côte sud était obstruée notamment par un camion garé de travers sur la chaussée.

Le chauffeur de ce camion qui transportait des marchandises était contraint d’abandonner le véhicule. Les bandits armés qui ont interceptés le camion exigeaient au propriétaire une rançon de de 65 000 gourdes, afin de livrer le véhicule en question à son propriétaire.

Les piétons ont été, eux aussi, forcés de payer un « droit de passage » dans plusieurs zones où des individus armés ont dressé des barricades pour réclamer la démission du Chef de l’État.

LIRE AUSSI:  Artibonite : panique à Gonaïves, pneus enflammés érigés sur la cour du Palais de justice

Dans la foulée, un juge de paix travaillant au tribunal de paix situé dans la localité appelée Rendel a été désarmé par les bandits armés présents à proximité des barricades. Le magistrat aurait même reçu des coups de la part de ces individus.

Un entrepreneur fonctionnant dans la ville des Cayes, Joël ainsi connu a été victime lui aussi en essayant de contourner une baricade dressée dans la zone. Les malfrats ont emporté tout ce qui était en sa possession dont une somme évaluée à 200 000 gourdes, a confirmé des témoins.

En fin d’après-midi, une patrouille policière dépêchée sur place (dans la zone du pont de la Ravine du Sud) a essuyé notamment des jets de pierres et des coups de feu.

LIRE AUSSI:  Frantz Sébastien Jn-Charles et Enock-Géné Génélus nommés par arrêté présidentiel au sein de l'Administration publique
Journée de tension dans la ville des Cayes (Sud) et ses environs 1
Vue partielle de la ville des Cayes au cours de la journée du 28 octobre 2019 (photo Sslomond Paul Ludjet Fénélon/Haïti standard)

Dans la localité appelée « 2 Mapou », située non loin du pont de la Ravine du sud, les habitants de l’impasse Olwich ont connu un moment de stresse quand des individus armés rançonnaient, maison après maison, les habitants de cette impasse. Pour mieux commettre leur forfait, ces individus armés ont errigé une barricade leur permettant d’opérer en toute quiétude.

HS/Haïti standard