Accueil Insécurité/Sécurité

Kidnapping de l’interprète haïtien et des citoyens dominicains : les otages remis à Magalie Habitant ?

1810

Haïti standard, le 1e mars 2021.-

L’interprète haïtien Albert Junior Augusma dit « Ti nèg », kidnappé le 20 février dernier en compagnie de deux (2) ressortissants dominicains, a déclaré ce matin (1e mars), sur les ondes de Magic 9 (100.9), qu’il avait remarqué l’ancienne directrice générale du Service métropolitain de collecte des résidus solides (SMCRS), Magalie Habitant au volant de l’un des véhicules utilisés dans le cadre de leur libération.

Selon les explications fournies par Albert Junior Augusma, les otages ont été séquestrés dans la localité de « Gran ravin », au niveau de la commune de Port-au-Prince. Les individus armés ont utilisé un premier véhicule pour les sortir de ladite localité. Par la suite, un second véhicule a été utilisé pour transporter les otages à destination et c’est à l’intérieur de ce véhicule que l’interprète avait remarqué Magalie Habitant, reconnue comme un proche du régime en place.

Pour sa part, Magalie Habitant a confirmé, sur la même station, qu’elle avait effectivement conduit le véhicule en question. Cependant, le zélé partisan du Parti haïtien tèt kale (PHTK) a soutenu sans donner de précision que « des instances concernées » l’avait demandé d’aller récupérer les otages, pour éviter qu’ils soient relâchés à travers les rues.

À souligner qu’après la libération des otages par les ravisseurs, l’interprète haïtien ainsi que les deux (2) Dominicains ont été retenus, à la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ), pendant deux (2) nuits. Libérés le 26 février 2021, ce n’est que le 28 février qu’ils avaient pu retrouver leur famille.

Kidnapping de l'interprète haïtien et des citoyens dominicains : les otages remis à Magalie Habitant
Capture d’écran de l’interprète haïtien Albert Junior Augusma au milieu des citoyens dominicains, au cours de leur « séquestration » à « Gran ravin »

Les autorités policières avaient pris le fallacieux prétexte, selon un quelconque protocole, de s’informer sur la situation avant d’autoriser la mise en liberté des victimes. Des Citoyens se demandent à quand le démantèlement d’un réseau de kidnapping par la DCPJ?

HS/Haïti standard