Accueil Insécurité/Sécurité

Kidnapping : des médecins réclament la libération du Docteur David Hans Télémaque

986

Haïti standard, le 29 novembre 2020.-

Moins de 24 heures après l’enlèvement du Docteur Hans David Télémaque à proximité de l’Hôpital de l’université d’État d’Haïti (HUEH), au centre-ville de Port-au-Prince, le 28 novembre 2020, les résidents de la maternité Isaïe Jeanty & Léon Audain (Chancerelle) ainsi que le comité national des résidents exigent la libération sans condition de leur collègue kidnappé.

Dans une note datée du 28 novembre 2020, les résidents de la maternité Isaïe Jeanty & Léon Audin ont annoncé un arrêt de travail qui prendra fin à la libération du Docteur Hans David Télémaque. Les résidents de ladite maternité ont également dénoncé « tous les actes malhonnêtes perpétrés dans le pays ».

Aussi, ont-ils dénoncé les agissements des agents de la Police nationale d’Haïti (PNH) face aux médecins et des membres du personnel médical qui réclamaient, hier 28 novembre 2020, la libération du jeune médecin kidnappé par des bandits armés.

Pour sa part, le comité national des médecins en résidence hospitalière des différents hôpitaux universitaires publics d’Haïti avait annoncé un arrêt de travail, à partir d’aujourd’hui 29 novembre, au cas où le Docteur David Hans Télémaque ne serait pas libéré.

Ledit comité en a profité pour dénoncer l’usage de gaz lacrymogène par des policiers contre les médecins et membres du personnel médical qui réclamaient la libération du médecin.

Kidnapping : des médecins réclament la libération du Docteur David Hans Télémaque
Le médecin David Hans Télémaque enlevé à Port-au-Prince, le 28 novembre 2020 (photo internet)

Durant ces derniers temps, les actes de kidnapping se multiplient dans la Capitale haïtienne. Le nouveau directeur général de la PNH, Léon Charles n’a jusqu’à présent annoncé aucun plan spécial pour adresser ce phénomène notamment à l’approche des fêtes de fin d’année et du nouvel an où, à cette époque, les actes d’insécurité augmentent dans le pays. Une réalité qui semble être échappée à l’ex diplomate haïtien redevenu commandant en chef de l’institution policière.

HS/Haïti standard