La Coalition de la jeunesse et des universitaires engagés d’Haïti prône un « dialogue franc » entre les acteurs politiques

643

Haïti standard, le 10 octobre 2019.- La Coalition de la jeunesse et des universitaires engagés d’Haïti (COJEUEH) dénonce la paralysie des activités socio-économiques du pays après environ quatre (4) semaines. L’organisation exhorte les acteurs politiques à changer de stratégie afin d’éviter de pénaliser le peuple dans la bataille politique qui persiste dans le pays.

Deux (2) responsables de cette organisation, Emmanuel Hilaire et Herby Jean ont invité tous les secteurs organisés de la vie nationale à prendre le chemin d’un « dialogue franc », dans le but de sortir le pays de la « crise multi-dimentionnelle » qui ronge Haïti depuis plusieurs années.

En marge d’une conférence de presse donnée, le 10 octobre 2019, à la veille du déroulement de la manifestation lancée par l’opposition politique, les responsables de cette organisation ont dénoncé les actes de violence enregistrés lors de la tenue des récentes manifestations dans le pays.

Aussi, ont-ils déploré les décès par balle ainsi que les blessés recensés au cours des différentes manifestations de l’opposition, à travers le pays. « Le peuple n’a pas le droit d’être victime au moment où il exerce ses droits sur la voie publique », a reconnu l’un des responsables de la COJEUEH qui en a profité pour condamner les actes de pillage et de vandalisme perpétrés lors de ces manifestations.

« La lutte contre la corruption, l’impunité et l’injustice dans le pays est l’affaire de tous les citoyens et de toutes les citoyennes », a déclaré Emmanuel Hilaire qui a poursuivi que « cette lutte ne doit pas être réalisée de manière violente ». Dans le cas contraire, la lutte risque de ne pas atteindre les résultats escomptés, a-t-il soutenu.

La Coalition de la jeunesse et des universitaires engagés d'Haïti prône un "dialogue franc" entre les acteurs politiques 1
Des responsables de la COJEUEH dont Emmauel Hilaire et Herby Jean (photo de courtoisie)

En condamnant les attaques réalisées contre plusieurs commissariats et sous-commissariats du pays, ces responsables d’organisation ont invité le directeur général a.i de l’institution policière, Rameau Normil, à assumer ses responsabilités afin d’éviter toute tentative d’infiltration au sein de la Police nationale d’Haïti (PNH).

HS/Haïti standard

Laisser un commentaire