Accueil Politique

La Coalition des anciens maires d’Haïti exige la démission du Présent Jovenel Moïse

Haïti standard, le 25 juillet 2020.-

La Coalition des anciens maires d’Haïti (CAMH) dont leur mandat vient de prendre fin salue la « démission collective » des membres du Conseil électoral provisoire (CEP). Aussi, la coalition en profite-t-elle pour demander au Président de la République de démissionner de son poste.

Dans un communiqué émanant de ladite coalition, celle-ci appelle tous les acteurs de la vie nationale à se mettre ensemble, afin d’exiger le départ du Président Jovenel Moïse considéré par la coalition comme un Chef d’État impopulaire. Elle a également mis l’accent sur les récentes déclarations réalisées par le Président Jovenel Moïse. Des déclarations, selon la Coalition, assimilables à une violation des valeurs démocratiques.

La Coalition des anciens
Maires d’Haïti (CAMH) a, en outre, fustigé le comportement du locataire du Palais national qui, selon elle, « n’a rien fait pour garantir la bonne marche des institutions de la République, ramener la stabilité politique nécessaire à la croissance économique et relever la dignité d’Haïti par rapport aux autres peuples de la région et du monde entier ».

Par ailleurs, la CAMH dit préoccuper par la situation désastreuse que connaît le pays durant ces derniers jours. Une situation caractérisée par l’inflation galoppante et l’insécurité alimentaire, entre autres.

La CAMH appelle le Président Jovenel Moïse à éviter le pire au pays, en emboîtant le pas aux conseillers électoraux dans le meilleur délai.

La Coalition des anciens maires d'Haïti exige la démission du Présent Jovenel Moïse
L’un des anciens maires assesseurs de Saint-Marc et signataire du communiqué réclamant la démission du Président de la République, Frantz Ulysse (photo internet)

Au terme de ce communiqué, publié le 24 juillet 2020, la coalition recommande à toutes les forces vives de la Nation de se mettre ensemble, en vue de dégager rapidement un consensus capable de freiner les dérives du régime en place. « On ne doit pas être spectateur de la débâcle nationale », ont martelé des anciens maires du pays.

LIRE AUSSI>>  Poursuite de la déportation d'Haïtiens à la frontière par les Dominicains

HS/Haïti standard