La haine des autorités de l’État d’Haïti à son paroxysme à la fête nationale de France

324

Haïti standard, le 14 juillet 2019.- Le Président de la République Jovenel Moïse, des anciens présidents haïtiens dont Jocelerme Privert et Joseph Michel Martelly ainsi que cinq (5) anciens premiers ministres haïtien ont laissé éclater la haine de l’un vis-à-vis de l’autre à la fête nationale de la France, célébrée en Haïti, le dernier jour ouvrable qui a précédé le 14 juillet, date de ladite fête.

Selon le constat réalisé par un cadre de Haïti standard qui participait à la cérémonie, le Chef de l’État qui était le dernier à se présenter à celle-ci s’était contenté, contrairement à ses tentatives de dialogue, de saluer tout simplement l’ancien président Joseph Michel Martelly, son épouse Sophia Saint-Rémy Martelly et l’ancien premier ministre Jack Guy Lafontant. Ce, tout en ignorant la présence des autres anciens hauts dignitaires de la République.

Les faits marquants du discours de l’ambassadeur de France, José Gomez, consistaient à souligner la “corruption endémique” qui ronge le pays notamment avec l’affaire PetroCaribe.

Aussi, l’ambassadeur de France a-t-il souligné, en faisant allusion avec l’académicien Dany Laferrière, que “papa legba veille sur la langue française” à présent.

De son côté, le Président Jovenel Moïse n’a pas été invité à prendre la parole en la circonstance. C’est le ministre des affaires étrangères et des cultes, Edmond Bocchit qui a prononcé un discours.

Aucun commentaire du chancelier haïtien, dans son discours, n’a fait référence à l’allocution de l’ambassadeur de France en Haïti. Le ministre des Affaires étrangères s’est juste contenté d’axer son discours autour du rôle joué et le progrès réalisés par Haïti dans la Francophonie.

HS

Laisser un commentaire