Accueil Éducation

La Plateforme haïtienne des organisations des travailleurs et travailleuses en éducation présentée à la population

Haïti standard, le 25 mai 2020.-

À l’initiative de plusieurs dirigeants d’organisations syndicales de la place, une structure dénommée Plateforme haïtienne des organisations des travailleurs et travailleuses en éducation (PHOTE) a été présentée au grand public.

Encourager le développement des relations intersyndicales, œuvrer à l’émergence d’une société juste, égalitaire et inclusive, participer à la construction d’un syndicalisme de lutte capable de s’engager pour la transformation des conditions matérielles d’existence des travailleurs et travailleuses du système éducatif, tels sont les différents objectifs poursuivis par ladite plateforme.

Selon le président de la PHOTE, Garry Lapierre, également président du Syndicat des employés du Ministère de l’éducation nationale et de la formation professionnelle (SPMENFP), la mission de cette nouvelle structure consiste à « mettre en synergie les capacités d’interventions des organisations-membres, dans le but de leur permettre de défendre efficacement les droits des travailleurs du secteur éducatif ».

Par ailleurs, la crise relative à la pandémie du nouveau coronavirus (COVID-19) a été évoquée au cours de la présentation de la plateforme susmentionnée à la population. « Des propositions seront adressées au gouvernement en ce qui concerne la reprise des activités scolaires paralysées par la COVID-19 », a souligné Garry Lapierre.

La Plateforme haïtienne des organisations des travailleurs et travailleuses en éducation présentée à la population
Vue partielle de la banderole de la Plateforme haïtienne des organisations des travailleurs et travailleuses en éducation (PHOTE)

La Plateforme haïtienne des organisations des travailleurs et travailleuses en éducation (PHOTE) est composée :

  • De la Fédération nationale des travailleurs éducatifs et culturels (FENATEC) ;

  • Du Syndicat du personnel du Ministère de l’éducation nationale et de la formation professionnelle (SPMENFP) ;

  • Du Corps national des enseignants haïtiens (CONEH) ;

  • Du Rassemblement des enseignants pour le progrès d’Haïti (REPROH) ;

  • Du regroupement des normaliens haïtiens (RENOH) ;

  • Du Mouvement des enseignants des écoles nationales (MEEN).

HS/Haïti standard

LIRE AUSSI>>  Kidnapping : le syndicat des employés de l'ONA exigent la libération de leur collègue Emmanuel Thermézi