Accueil Politique

Le Commissaire du gouvernement de Port-au-Prince, Me Jacques Lafontant blâmé par le ministre de la justice

1588

Haïti standard, le 20 juillet 2020.-

Le ministre de la justice et de la sécurité publique, Me Rockfeller Vincent dit « déplorer la réaction blâmable » du Commissaire du gouvernement de Port-au-Prince, Me Jacques Lafontant, suite à « une instruction précise relative à une ordonnance rendue par le cabinet d’instruction ».

Le ministre de la justice a qualifié « d’acte d’insubordination grave mettant en danger la société » que le Commissaire du gouvernement est « tenu, par délégation de compétence, de protéger et qui menace, du même coup, la stabilité de l’État ».

« Cette injonction, commissaire, s’inscrit dans la ligne constante du gouvernement de la République de lutter contre les bandes armées, les trafiquants d’armes à feu, contre ceux qui s’en prennent aux valeurs sociales protégées et contre les comploteurs qui s’attaquent à la sûreté intérieure de l’État », a indiqué le ministre de la justice, à travers une correspondance reçue au Parquet de Port-au-Prince, le 20 juillet 2020.

Par ailleurs, le ministre de la justice en a profité pour rappeler au Commissaire du gouvernement qu’il est un « subalterne qui se doit d’exécuter tout ordre du Ministère de la justice et de la sécurité publique (MJSP) dès lors qu’il n’est pas manifestement illégal… »

Au terme de cette correspondance, le ministre de la justice a, en outre, orienté le travail du chef de la poursuite au niveau de la juridiction qui, selon le ministre, doit « accorder une suite diligente aux consignes dudit ministre concernant l’insécurité financière ».

Le Commissaire du gouvernement de Port-au-Prince, Me Jacques Lafontant blâmé par le ministre de la justice
Le ministre de la justice et de la sécurité publique, Me Rockfeller Vincent (photo internet)

À rappeler que, dans un message vocal circulant sur le réseau social Whatsapp, le Commissaire du gouvernement de Port-au-Prince, Me Jacques Lafontant avait juré de ne pas interjeter appel de l’ordonnance du juge d’instruction Annie Fignolé dans l’affaire Arnel Bélizaire et Pierre Killick Cémélus.

HS/Haïti standard