Accueil Éducation

Le Recteur de l’Université d’Etat d’Haïti, Fritz Deshommes, plaide pour une revalorisation des savoirs traditionnels en Haïti

830

À l’occasion du lancement officiel de la première série de conférences hebdomadaires, organisées par le Centre d’Etudes sur le patrimoine en Haïti, CEPAT-H, ce dimanche 27 juin 2021 à 4h PM, autour du thème, culture , patrimoine et tourisme en Haïti, le Recteur de l’université d’Etat d’Haïti, Fritz Deshommes, était le conférencier invité , à intervenir sur les savoirs locaux et l’université en Haïti.
Cette première conférence, a indiqué, Registre Wilguens, Doctorant en Ethnologie et patrimoine, s’inscrit dans l’objectif de sensibiliser les décideurs politiques sur la nécessite de promouvoir le tourisme culturel en Haïti et de permettre à un large public (étudiants, décideurs politiques et professionnels) de comprendre l’importance de la culture dans le développement du pays.

Si pour l’Unesco, les savoirs locaux, encore appelés savoirs traditionnels, sont considérés comme les connaissances, savoir-faire et philosophies développés par des sociétés ayant une longue histoire d’interaction avec leur environnement naturel. Pour le Recteur de l’université d’Etat d’Haïti, ces savoirs constituent la partie intégrante d’un système culturel qui prend appui sur la langue, les systèmes de classification, les pratiques d’utilisation des ressources, les interactions sociales, les rituels et la spiritualité.

Le numéro un de l’université d’état d’Haïti, poursuit en indiquant que les savoirs locaux se retrouvent dans divers secteurs de la vie nationale. Il cite des pratiques comme le sol, le sabotay, comme des formes d’organisation économiques et financières des populations rurales contre le système formel de crédit développé par les banques. Il cite, entre autres, la médecine traditionnelle comme un procédé très développé dans ces milieux qui permettent de soigner, diagnostiquer et prévenir les maladies ou préserver la santé.

Les savoirs locaux qui ont toujours été construits comme arriérés, traditionnels par rapport à une modernité conventionnelle axée sur l’innovation, la recherche scientifique, semblent aujourd’hui, pour le Recteur de l’université d’état d‘Haïti, obtenir gain de cause car l’on assiste ces dernières années à un retour vers les recettes traditionnelles, donc au naturel, aux produits bio.

Si le recteur de l’UEH reconnaît que le débat sur les critères de scientificité des savoirs locaux reste encore ouvert, il ne doute pas que leur valorisation peut jouer un rôle fondamental dans le développement d’Haïti. Car une société ne se développe qu’avec ce qu’elle a.

A rappeler que Jean Rony Gustave, Docteur en Ethnologie et Patrimoine, Coordonnateur General de ce centre, a prononcé les mots de la fin de ce rendez-vous académique tout en annonçant, dans un délai proche, la tenue d’un ensemble d’activités pratiques qui participeront à une plus large vulgarisation, à des fins touristiques, des patrimoines matériels et immatériels d’Haïti.

Timoré Loobensy
Responsable d communication du CEPAT-H