Accueil Éducation

Le Regroupement des écoles privées de Pétion-Ville réclame la subvention promise par l’État haïtien

Haïti standard, le 4 mai 2020.- Le Regroupement des écoles privées de Pétion-Ville (REDEP/PV) dénonce certaines exigences faites aux directeurs des écoles privées, pour recevoir la subvention promise par l’État haïtien. Parmi ces exigences, le compte bancaire, la patante, la matricule et le compte PSUGO (Programme de scolarisation universelle gratuite et obligatoire) de l’école en question.

Ces exigences ne sont autres que des moyens, selon les responsables du REDEP/PV, pour « voler l’argent de la subvention » qui devait être accordée aux directeurs d’écoles privées dans le pays. Le REDEP/PV exige aux autorités de « retourner sur la plupart de ces exigences faites aux directeurs d’écoles privées ».

« Ces exigences visent à resusciter les mafias du PSUGO, un programme qui n’a donné aucun résultat probant, en matière d’éducation dans le pays », a indiqué le Coordonnateur général de l’organisation, Jocelyn Lima.

Le secrétaire du REDEP/PV, Me Amos Piard en a profité pour recommander au ministre de l’éducation nationale et de la formation professionnelle, Josué Agénor Cadet, de mettre tout en oeuvre, afin d’accorder les supports nécessaires aux écoles privées de la même manière que l’État accorde une subvention aux écoles presbytérales.

Le Regroupement des écoles privées de Pétion-Ville réclame la subvention promise par l'État haïtien
Des responsables du REDEP/PV, de g. à d. Jocelyn Lima (coordonnateur général), Me Amos Piard (secrétaire), Similien Bonhomme (coordonnateur général adjoint) et Jean-Philippe Franck (porte-parole)/photo de courtoisie

Après la confirmation de la présence du nouveau coronavirus (COVID-19) dans le pays, le Président de la République Jovenel Moïse avait annoncé qu’une subvention sera accordée aux professeurs et directeurs des écoles privées. Environ un mois après cette annonce, cette subvention semble être dans l’impasse.

HS/Haïti standard

LIRE AUSSI>>  Miragoâne (Nippes) : le MCFDF veut s'attaquer à la violence contre les femmes et les filles