Accueil Politique

Les conseillers électoraux jugent « illégal » l’arrêté les démettant de leur fonction

46

Haïti Standard, le 28 Septembre 2021.-

Renvoyés par un arrêté émanant du bureau du premier ministre Ariel Henry, publié le 27 septembre 2021 dans le journal « Le Moniteur », les membres du Conseil Électoral Provisoire (CEP) ont consteté cette décision, la jugeant « illégale » et « arbitraire ».

En effet, dans un communiqué en date du 28 septembre 2021, les conseillers électoraux ont indiqué que le premier ministre Ariel Henry n’a pas le pouvoir de les démettre de leur fonction, em vertu des arrêté du 14 septembre 2020 et du 5 juillet 2021.

« Les membres du Collège Électoral Provisoire (CEP) informent le public en général et la presse en particulier que le prétendu arrêté pris par le Sieur Ariel Henry, Premier Ministre par intérim, ne nous concerne pas puisqu’au regard de la loi, elle est en violation aux arrêtés du 14 septembre 2020 et du 5 juillet 2021 », peut-on dans ledit communiqué.

Les conseillers électoraux jugent "illégal" l'arrêté les démettant de leur fonction
Guylande Mésadieu, présidente du Conseil électoral provisoire (CEP)

Les membres du CEP ont-ils expliqué que l’arrêté du 14 septembre 2020, les nommant, est un arrêté présidentiel. Par conséquent, il doit être révoqué par un autre arrêté présidentiel. Et, celui du 5 juillet 2021, nommant le Premier Ministre par intérim Ariel Henry, au terme de ses prescrits, lui fait injonction d’accompagner le CEP dans l’accomplissement du processus électoral.

En somme, le premier ministre Ariel Henry n’as pas l’autorité adéquate pour prendre une telle décision. Aussi, les membres du CEP qui qualifient de « dilatoire » cette décision, disent-ils, n’a rien à voir avec la loi, ont annoncé leur ambition de saisir les instances compétentes afin demander son annulation.

HS/Haïti Standard