Accueil Insécurité/Sécurité

Livrées à elles-mêmes, des organisations de personnes handicapées lancent un cri d’alarme

252

Haïti Standard, le 25 septembre 2019.-

Plusieurs milliers de personnes handicapées logées au village Lumane Casimir, au camp «La piste» à Delmas 2, dans la communauté des sourds de Lévêque et ailleurs, en grande difficulté et sans secours, lancent un cri d’alarme aux autorités compétentes.

Selon les témoignages des responsables d’organisations de personnes handicapées, depuis plusieurs semaines les personnes handicapées partout à travers tout le territoire subissent grandement la crise qui sévit dans le pays au niveaux humanitaire et sécuritaire. Il a été rapporté que des individus armés entrent par effraction dans la communauté Lévêque où sont abritées des personnes sourdes, ils exercent la pression sur les gens de la communauté afin de saisir leurs maisons. Ces individus mal intentionnés viennent parfois dans la nuit et démontent les portes des personnes sourdes qui y habitent pour accéder aux domiciles de ces dernières.

Les principales difficultés auxquelles les personnes handicapées font face: problèmes d’insécurité, de nourriture, de déplacement et la pénurie de carburants leur affecte de fond en comble.

LIRE AUSSI:  Ganthier (Ouest) : un bébé de 3 mois et sa mère tués à "Papay"

Des organisations de personnes handicapées demandent l’assistance des autorités étatiques indexant particulièrement l’Office de Protection du Citoyen (OPC), le bureau du secrétaire d’État à l’intégration des personnes handicapées, le Ministère des Affaires Sociales et du Travail (MAST) et Ministère de la Justice, elles appellent également la Police Nationale d’Haïti (PNH) à tout mettre en œuvre pour sécuriser les vies et les biens des personnes handicapées.

De ce fait, toute institution publique ou privée, ou toute personne voulant venir en aide aux personnes handicapées qui sont actuellement dans une situation précaire, serait la bienvenue.

Les organisations signataires de cette note tiennent à rappeler qu’en situation de risques et d’urgence humanitaire, les droits des personnes handicapées doivent être respectés suivant l’article 11 de la Convention relative aux droits des Personnes Handicapées :

Situations de risques et situations d’urgence humanitaire

«Les états parties prennent, conformément aux obligations qui leur incombent en vertu du droit international, notamment le droit international humanitaire et le droit international des droits de l’homme, toutes mesures nécessaires pour assurer la protection et la sûreté des personnes handicapées dans les situations de risque, y compris les conflits armés, les crises humanitaires et les catastrophes naturelles.»

LIRE AUSSI:  Présentation de 3 présumés assassins des danseurs Nancy et Sébastien

les organisations signataires :

– UFMORH (Union des Femmes à Mobilité Réduite d’Haïti)
– Association des Sourds de l’Évêque Haïti (ASLH)
– CESPHA (Centre de support aux Personnes Handicapées)
– OPDHAV (organisation pour le développement de l’homme aveugle et des vieillards)
– AFHS (Association des femmes Handicapées du sud)
– CONAPH (Coalition nationale des Associations des Personnes Handicapées)
– CERHAOP (Cellule de réflexion des Handicapées de l’Ouest pour le Progrès)
– ASHANTOM (Asosyasyon Andikape nou tout se Moun)
– AFHG (Association des femmes Handicapées de Gonaïves)
– SOHAMO (Solidarité des Handicapés Moteurs)
– AHNE (Association des Handicapés du Nord-Est)
– UPHAJIS
– AHPH
– APHADO

– FNASH

Contacts:

Soinette Désir, coordonnatrice de l’UFMORH
E-mail : [email protected]

Joseph Dieuphète
Tél : 4734-9405

Néas Emilio, coordonnateur CONAPH
Tél : 3375-7353

Oudelin Siléus, interprète de l’ASLH
Tel : 3156-9398Tabuteau Claude Alain, Prezidan APHADO (Village Lumane Casimir)
Tél : 3723-1700