Accueil Justice

Libération des 5 policiers, l’OPC dénonce le “crétinisme” du Commissaire du gouvernement

205

Haïti standard, le 13 septembre 2020.-

Le Protecteur du citoyen, Me Renand Hédouville dénonce la gestion du dossier des cinq (5) policiers qui ont été incarcérés au Pénitencier national, sous les ordres du Commissaire du gouvernement de Port-au-Prince, Me Ducarmel Gabriel. Ce, après le cambriolage de la résidence du Bâtonnier de l’ordre des avocats de la juridiction assassiné, le 28 août dernier, à Pétion-Ville.

“L’Office de protection du citoyen (OPC) condamne l’attitude du Commissaire du gouvernement, Me Ducarmel Gabriel qui a fait preuve de crétinisme dans le traitement de ce dossier en n’ayant pas eu la perspicacité de transférer le dossier au cabinet d’instruction et en décidant de lancer des mandats de dépôt à l’observation des policiers ayant commis une faute administrative”, a écrit Me Renand Hédouville.

LIRE AUSSI:  Transfert à l'IGPNH des 5 agents de l'UDMO incarcérés après le cambriolage du domicile de Me Dorval

Ce dernier, dans un communiqué daté du 13 septembre 2020, a fustigé le comportement du chef de la poursuite au niveau de la Capitale, dénoncé le silence du ministre de la justice, Me Rockefeller Vincent et critiqué la décision des membres du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ).

Les membres dudit conseil, selon le communiqué en question, ont attendu le pourrissement de la situation avant d’intervenir en amont dans le dossier.

Les “démonstrations violentes et inacceptables” perpétrées dans la Capitale haïtienne, le 12 septembre 2020, ont mis à “nu Haïti comme un pays incontrôlable, se trouve sur la voie anarchique et explosive”, a indiqué le Protecteur du citoyen dans ce communiqué.

LIRE AUSSI:  Un ex-officier de police criblé de balles à Delmas 33
Libération des 5 policiers, l'OPC dénonce le "crétinisme" du Commissaire du gouvernement
Le Protecteur du citoyen, Me Renand Hédouville (photo archives)

Contrairement à la journée du samedi 12 septembre, celle du dimanche 13 septembre a été plutôt calme. Cependant, des “policiers-protestataires” avaient accordé huit (8) heures de temps aux autorités compétentes pour libérer le policier Jean Pascal Alexandre écroué au Pénitencier national depuis le mois de mai dernier.

HS/Haïti standard