Accueil Politique

L’Institut national d’observation d’Haïti préconise la prise en charge du secteur du transport en commun

444

Haïti standard, le 13 novembre 2020.-

Les responsables de l’Institut national d’observation d’Haïti (INOHA) dénoncent « l’état de délabrement et inhumain dans lequel le transport en commun se réalise dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince et dans certaines grandes villes du pays ». L’organisation en profite pour dénoncer l’irrespect du « droit de circuler dans une ligne de transport en commun en toute dignité est une garantie à tout être vivant ».

Dans un communiqué publié le 10 novembre 2020 dont une copie a été acheminée à la rédaction de Haïti standard, les responsables de cet « organisme de promotion et de défense des droits fondamentaux de la personne humaine » ont souligné que « l’état critique des routes ne favorisant pas le trafic du transport en commun ».

« Une route qui ne cesse de démolir les véhicules des chauffeurs, ce qui les permet de prétexter à ne pas respecter le parcours du du transport » préalablement fixé par l’État, ont indiqué les responsables de l’INOHA qui ont poursuivi que « les routes sont de véritables tombeaux à ciel ouvert… »

Au terme dudit communiqué, « l’INOHA recommande aux concernés de régulariser le trafic de transport en commun ; rendre beaucoup plus opérationnel la direction de la circulation et de la police routière, en vue du maintien d’ordre dans le secteur ; rendre opérationnel les feux de signalisation ; réaménager certaines routes et en créer d’autres pour une circulation sans outrage et fluide ».

L'Institut national d'observation d'Haïti préconise la prise en charge du secteur du transport en commun
Logo de l’organisation

Aussi, l’organisation recommande-t-elle la mise « en place d’un département routier qui aura l’unique responsabilité la question routière (surveiller à l’entretien des routes et des véhicules, la création d’une direction chargée de gérer les conflits entre chauffeurs/chauffeurs et entre chauffeur/passagers. Cet organe aura à penser sur le présent et l’avenir du transport en termes de prévention ».

HS/Haïti standard