Accueil Politique

Marche contre la dictature en Haïti : le BINUH et l’ambassade américaine dénoncés pour leur support à Jovenel Moïse

617

Haïti standard, le 1e mars 2021.-

La vague de contestations contre le Président Jovenel Moïse dont le mandat est arrivé à terme, selon l’opposition et de nombreux secteurs de la vie nationale, depuis le 7 février 2021, se poursuit. Une fois de plus, des centaines de milliers de Citoyens ont manifesté à Port-au-Prince et ses environs, pour continuer de dénoncer les vélléités dictatoriales du Chef de l’État et l’insécurité caractérisée par le kidnapping, entre autres.

Comme convenu, les manifestants se sont rassemblés à divers endroits de la Capitale, pour se converger au carrefour de l’aéroport surnommé « Carrefour de résistance ». De là, les protestataires ont emprunté la route de Delmas, en vue de se rendre à Pétion-Ville via Delmas 40B et l’avenue John Brown.

LIRE AUSSI:  Les 1e avril à partir de midi et 2 avril 2021 intégralement sont chômés, selon la présidence

Sur leur parcours, les protestataires ont lancé des propos hostiles notamment contre le Président Jovenel Moïse, la représentante du secrétaire général des Nations unies (ONU) en Haïti, Helen Meagher Lalime et l’ambassadrice des États-Unis à Port-au-Prince, Michèle Jeanne Sison. Ces dernières ont été reprochées de supporter un Président autoritaire qui gouverne par décret.

Après avoir délivré le message devant les locaux du Bureau intégré des Nations unies en Haïti (BINUH), les protestataires ont repris la route au rythme des chansons engagées. Arrivé à Canapé-Vert, l’un des « mobiles sonores » allait chavirer. Plusieurs blessés ont été recensés. Des protestataires se sont convaincus que de l’huile ait été versée sur le sol et c’est ce qui, selon eux, a provoqué l’accident.

En feignant d’ignorer l’ampleur de la manifestation contre son régime, le Chef de l’État a déploré l’accident survenu au cours du déroulement de ladite marche et en a profité pour présenter via son compte twitter ses sympathies aux blessés.

LIRE AUSSI:  Grève au Ministère de l'éducation nationale, les employés réclament la carte de débit
Marche contre la dictature en Haïti : le BINUH et l'ambassade américaine dénoncés pour leur support à Jovenel Moïse
Vue partielle de certains participants présents au carrefour de l’aéroport surnommé carrefour de résistance (photo internet)

Entre temps, la machine infernale du kidnapping continue de broyer sur son passage des professionnels et/ou paisibles citoyens. Pour la seule journée du 28 février 2021, plusieurs personnes ont été enlevées dans l’aire métropolitaine de Port-au-Prince. Et, le médecin de carrière, Ernst Pady a été lâchement exécuté par des bandits qui tentaient de le kidnapper à proximité de sa clinique, à l’avenue Christophe (Port-au-Prince).

HS/Haïti standard