Accueil Éducation

MENFP : insatisfaction des correcteurs, 10 jours après la publication des résultats du baccalauréat

Haïti standard, le 9 septembre 2022.-

Les correcteurs ayant pris part au processus de correction des copies d’examens du baccalauréat, pour l’année académique 2021-2022, n’ont pas encore reçu le frais qui a été convenu avec le Ministère de l’éducation nationale et de la formation professionnelle (MENFP).

L’information est confirmée par plusieurs correcteurs et/ou professeurs contactés par la rédaction de Haïti standard. Selon les concernés, le MENFP devrait fournir aux correcteurs un frais évalué à 37 000 gourdes brutes, après la correction des copies. De cette somme, l’État devait prélever 10% de frais de services soit 3 700 gourdes.

10 jours après la publication des résultats de ces examens, au niveau des 10 départements géographiques du pays, le ministre de l’éducation nationale et de la formation professionnelle, Nesmy Manigat ne parvient jusqu’à présent pas à honorer la dette dudit ministère vis-à-vis notamment des correcteurs, s’est désolé un professeur joint au téléphone par notre rédaction.

Un autre professeur en a profité pour dénoncer le ministre Nesmy Manigat qui a coupé de plus de moitié les frais alloués aux délégués de circuit. Ces derniers ont pour tâche de distribuer les copies dans certains sièges d’examens. L’année dernière, ces délégués touchaient 18 000 gourdes brutes. Pourtant, cette année cette somme est passée à 8 000 gourdes brutes. Ce, avant le prélèvement des 10% de l’État.

Lors d’une intervention réalisée dans la matinée du 9 septembre 2022, au journal « Premye okazyon », sur radio Caraïbes, le directeur départemental de l’Ouest du MENFP, Etienne France Louisseul a fait savoir qu’il manque seulement les signatures avant la livraison de ces frais aux correcteurs.

LIRE AUSSI>>  Examens officiels :  le MENFP rappelle les consignes
MENFP : insatisfaction des correcteurs, 10 jours après la publication des résultats du baccalauréat
Vue partielle d’un sit-in réalié par des professeurs et/ou correcteurs, pour protester contre le kidnapping de leur collègue Morose Brazelet (photo Haïti standard)

Aussi, faut-il rappeler que l’année dernière, les frais de correction se chiffraient à 37 000 gourdes brutes. Celles-ci devraient être les mêmes cette année, malgré des arrêts de travail réalisés par des correcteurs pour réclamer une augmentation conforme au coût de la vie.

HS/Haïti standard