Accueil Politique

Meurtre d’un officiel du gouvernement à Laboule 12, encore une condamnation du premier ministre de facto

Haïti standard, le 7 août 2022.-

En feignant d’oublier que la situation qui rend impracticable la route de Martissant perdure depuis plus d’un an et après avoir nié que des gangs armés contrôlent la plus haute instance judiciaire de Port-au-Prince, depuis le 10 juin 2022, le premier ministre de facto Ariel Henry se contente de condamner le meurtre du directeur général de l’Entreprise publique de promotion de logements sociaux (EPPLS), l’ancien sénateur Yvon Buissereth, le 6 août 2022, à Laboule 12, dans la commune de Pétion-Ville.

« Je condamne avec vigueur et sans réserve l’acte barbare perpétré, hier, par des gangs armés de Laboule à l’encontre du directeur général de L’EPPLS, Yvon Buissereth, ancien sénateur de la République », a twitté ledit premier ministre et également chef du Conseil supérieur de la police nationale (CSPN).

« Ses assassins, ainsi que tous les autres criminels qui sèment le deuil dans le pays, seront poursuivis dans leur dernier retranchement et doivent répondre de leurs actes ignomineux devant la justice », a poursuivi le chef du gouvernement.

Ce dernier a, en outre, encouragé la Police nationale d’Haïti (PNH) à « décupler ses efforts en vue de continuer à traquer les bandits de tout accabit qui ensanglantent notre société », a-t-il conclu.

Aussi, faut-il rappeler que le directeur général de l’EPPLS se rendait dans le département du Sud, accompagné de son chauffeur, quand des bandits armés ont intercepté leur véhicule. Les malfrats ont incendié la voiture ainsi que ses occupants qui tentaient de contourner la route de Martissant, pour se rendre dans le département du Sud.

LIRE AUSSI>>  Le MJSP qualifie de "tentative de coup d'État" les actions du 23 février 2020

HS/Haïti standard