Home International Mirebalas (Centre) : "Bwa kale" pour le policier Ananel Alexandre et un...

Mirebalas (Centre) : "Bwa kale" pour le policier Ananel Alexandre et un ancien employé du CEP

Haïti standard, le 30 mars 2024.-

Un agent 2 de la Police nationale d'Haïti (PNH) et un ancien employé du Conseil électoral provisoire (CEP), respectivement Ananel Alexandre et Michelet Musca, ont été lynchés (bwa kale) par la population de Mirebalais, dans le département du Centre, le 29 mars 2024.

Appréhendés par une "brigade vigilance" en possession d'une forte somme d'argent (6 millions de gourdes et 20 mille dollars américains, selon la population), les individus lynchés ont été remis aux autorités policières de la ville, le 28 mars 2024.

Mirebalas (Centre) : "Bwa kale" pour le policier Ananel Alexandre et un ancien employé du CEP
Vue partielle des deux compères peu avant leur exécution par la population (photo internet)

Après la propagation de la nouvelle dans la ville de Mirebalais, des dizaines de personnes se sont rendues au commissariat de la ville pour récupérer de force ces individus qui s'apprêtaient à se rendre en République dominicaine, dans le but de s'approvisionner en armes et munitions au profit des gangs armés opérant dans l'aire métropolitaine de Port-au-Prince.

Après l'exécution des malfrats, la population a mis le feu sur les cadavres de ces derniers qui étaient également en possession de deux (2) pistolets, ont précisé plusieurs habitants de Mirebalais joints au téléphone par la rédaction de Haïti standard.

Mirebalas (Centre) : "Bwa kale" pour le policier Ananel Alexandre et un ancien employé du CEP
Photo de la carte d'identification au CEP de Michelet Musca (photo internet)

Les gangs armés détiennent le "pouvoir réel" en Haïti depuis le 28 février 2024. Ce, trois (3) jours après le départ du premier ministre de facto Ariel Henry notamment pour la 46e réunion des chefs d'Etat et de gouvernement de la CARICOM. Après la destruction des deux (2) plus grands centres carcéraux du pays, les prisons civiles de Port-au-Prince et Croix-des-bouquets, les gangs multiplient lerus exactions contre les Citoyens.

HS/Haïti standard