Home Politique Nippes : sans trêve annoncée, la reprise des activités s'impose

Nippes : sans trêve annoncée, la reprise des activités s'impose

Haïti standard, le 28 novembre 2019.- Depuis plus de trois (3) jours, les activités ont repris leur droit dans la commune de Miragoâne, chef lieu de l'arrondissement, a constaté le correspondant de Haïti standard dans le département des Nippes.

Le marché informel, les magasins, les banques commerciales et le transport en commun fonctionnent comme à l'ordinaire. Dans les principales "gares routières" de la Cité de Fernand Hibbert, des véhicules assurant le trajet dans plusieurs localités et communes dudit département ont été remarqués.

À Paillant, l'une des communes de l'arrondissement de Miragoâne (Nippes), les activités socio-écomiques dont le marché informel, le transport en commun, les écoles ont repris leur fonctionnement depuis le début de la semaine.

Dans la commune de Fonds-des-nègres, le constat n'a pas été différent, a précisé notre correspondant. Le transport en commun et la plupart des activités socio-écomiques ont été au rendez-vous. Les marchands en ont profité pour étaler leurs produits au grand marché de la commune.

Même constat dans la commune de Petite-Rivière des Nippes. Selon notre correspondant, aucun encombrement n'a été constaté sur la Route nationale numéro 2 (RN2) notamment au niveau dudit département.

Dans la commune d'Anse-à-Veau, en plus des activités économiques et commerciales, les écoles ont commencé à ouvrir de nouveau leurs portes, ne serait-ce que de manière timide. Tel est le cas notamment du lycée Boisrond Tonnerre ainsi que d'autres établissements scolaires de ladite commune.

Nippes : sans trêve annoncée, la reprise des activités s'impose
Des véhicules de transport en commun fonctionnant dans le département des Nippes (photo Dieuva Occidor/Haïti standard)

À rappeler que cette reprise, pour le moins précaire, constatée au niveau de plusieurs communes du département des Nippes n'a pas été annoncée par les leaders de l'opposition ni par les autorités départementales. Elle est surtout imposée par la population qui décide de se rendre à leurs activités quotidiennes.

HS/Haïti standard