Accueil Politique

Nord : tension à Cap-Haïtien, le directeur de la police accusé par la population dans l’assassinat de Jovenel Moïse

757

Haïti standard, le 22 juillet 2021.-

Une vive tension s’est déroulée cet après-midi (22 juillet) dans la ville du Cap-Haïtien (Nord) où le directeur général de la Police nationale d’Haïti (PNH), Léon Charles, a été pris pour cible une deuxième fois de suite.

Sur le pont situé à la rue 5 A, les protestataires ont érigé des barricades de pneus enflammés et lancé des pierres en direction du cortège du chef de la police. Pour riposter à l’attaque perpétrée contre le cortège susmentionné, les policiers ont tiré plusieurs coups de feu en l’air, en vue de disperser les protestataires qui étaient visiblement en colère.

Des habitants de la 2e ville du pays ont accusé le numéro un de l’institution policière, Léon Charles, d’être complice dans l’assassinat du Chef de l’État.

LIRE AUSSI:  Révocation de 3 hauts fonctionnaires d’État : le premier ministre de facto Ariel Henry montre ses dents

Aussi, ont-ils interdit au ministre des affaires étrangères et des cultes, Claude Joseph, à l’ancien président Joseph Michel Martelly, entre autres, de participer aux funérailles du président de la République Jovenel Moïse.

Nord : tension à Cap-Haïtien, le directeur de la police accusé par la population dans l'assassinat de Jovenel Moïse
Des agents de la PNH en train de tirer en l’air au moment de disperser les protestataires (crédit photo : Guyno Duverné)

À rappeler que les funérailles nationales du président de la République Jovenel Moïse sont prévues pour le 23 juillet 2021, dans la 2e ville du pays. Le chef de l’État a été assassiné, durant la nuit du 6 au 7 juillet dernier, à l’intérieur de sa résidence privée à Pèlerin 5, dans la commune de Pétion-Ville.

HS/Haïti standard