Accueil Police

Objets de menaces, des enquêteurs de la police s’exilent, révèle le RNDDH

Haïti standard, le 11 avril 2022.-

Le Réseau national de défense des droits humains (RNDDH) a révélé aujourd’hui 11 avril qu’une trentaine d’enquêteurs de la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ) se sont exilés, en raison de menaces dont ils sont l’objet, dans le cadre du dossier relatif à l’assassinat du président de la République Jovenel Moïse, le 7 juillet 2021.

À la DCPJ, des dossiers mettant en cause des gros bonnets du Parti haïtien « tèt kale » (PHTK) ou de leurs proches sont classés sans suite, a fait savoir le directeur exécutif du RNDDH, Pierre Espérance qui en a profité pour dénoncer l’ « alliance des autorités avec les gangs du PHTK. »

Aussi, faut-il souligner que l’ancien directeur général du Ministère de l’intérieur et des collectivités territoriales (MICT), Fédnel Monchery a fait une sortie remarquable dans la presse, au cours de la semaine dernière, pour dénoncer l’implication de Pierre Espérance dans des actes de kidnapping.

Cependant, Fédnel Monchery et plusieurs de ses accolytes sont indexés dans le massacre de plusieurs Citoyens du quartier de La Saline (Port-au-Prince), en novembre 2018. D’autant plus, l’ancien directeur général a été arrêté par la police, le 13 février 2021. Il était en possession de plusieurs plaques d’immatriculation.

HS/Haïti standard

LIRE AUSSI>>  Massacre de La Saline : l'ambassade américaine réclame "justice pour les victimes"