Accueil Insécurité/Sécurité

Ouanaminthe (Nord’Est) : le correspondant de radio Vision 2000 contraint de quitter le pays

95

Haïti standard, le 23 novembre 2021.-

Les Persécutions contre les journalistes et travailleurs de la presse évoluant dans le département du Nord’Est se poursuivent. La dernière victime, à date, est le correspondant de radio Vision 2000 et journaliste de Radio Massacre émettant dans la commune de Ouanaminthe (Nord’Est).

Après de multiples menaces de mort et des formes diverses de persécution, le journaliste Rosny Petit et également directeur administratif de radio Massacre a décidé de quitter le pays.

Le journaliste en a profité pour exprimer son regret d’être obligé d’abandonner son pays pour s’installer à l’étranger. « Je suis désolé de prendre cette décision, mais je n’avais pas le choix », a déclaré le journaliste au micro du correspondant de Haïti standard dans le département susmentionné.

« Si je ne partais pas, c’était la mort assurée pour moi dans ce pays où il est extrêmement difficile de pratiquer notamment le journalisme d’opinion, en raison de l’incomprehension politique qui caractérise le système politique haïtien », a poursuivi le journaliste Rosny Petit.

Ce dernier pratique le journaliste depuis environ 20 ans dans le pays. Il a débuté à radio télé Venus. Il était correspondant de Mélodie FM, avant de se joindre au staff de radio Méga, dans la deuxième ville du pays (Cap-Haïtien). Au moment de son départ il était correspondant de radio Vision 2000 et journaliste au niveau de radio Massacre.

Ouanaminthe (Nord'Est) : le correspondant de radio Vision 2000 contraint de quitter le pays
Le journaliste Rosny Petit (photo internet)

Aussi faut-il souligner que Rosny Petit était avocat stagiaire au Barreau de Fort-Liberté, dans le département du Nord’Est. À en croire notre correspondant, il était parmi les avocats stagiaires les plus brillants de la juridiction.

HS/ Haïti standard