Accueil Éditorial

Politique : le PM Joseph Jouthe voudrait-il ressusciter les vieux démons de la presse haïtienne?

2599

Haïti standard, le 26 avril 2020.- Des responsables de médias émettant à Port-au-Prince et dans les villes de province ont été stupéfaits de constater qu’une invitation à la presse relative à cinq (5) médias circulait sur les réseaux sociaux, entre autres. Ces médias sont la Télévision nationale d’Haïti (TNH), la Radio télé Ginen (RTG), la Radio télévision Caraïbes (RTVC), Le Nouvelliste et radio Métropole.

Une première dans l’histoire de la presse contemporaine, car aucune direction de communication de la Primature n’a jamais réalisée une telle invitation à la presse. D’autant plus, cette dernière défie de nombreuses théories dans le domaine, car l’interview exclusive existe, cependant pas avec un groupe de médias.

Ce qui est irrespectueux dans cette affaire est, après cet affront à la majorité des médias de Port-au-Prince et des villes de province, la Primature a décidé de publier une note regrettant de ne pas inviter tous les médias, « pour éviter, dit-elle, de trop exposer les travailleurs de presse » au Coronavirus.

LIRE AUSSI:  Visite à l'Ed'H : le Premier ministre invite les syndicalistes au dialogue et encense Michel Présumé

Si le plan pour mettre hors jeu la majorité des médias de la place semble être bien monté (avec cette invitation partisane), toutefois l’argumentaire passe largement à côté. Comment refuser l’accès à l’information à des médias sous prétexte de ne pas trop exposer les journalistes à la pandémie?

Dans un contexte où une bonne partie de la population haïtienne peine encore à croire en l’existence du virus sur le territoire, la seule vue des journalistes en train de pratiquer les mesures barrières (distanciation sociale d’un mètre 50, ne pas donner des accolades, des poignées de mains, des bisous, etc.) pourrait être perçue comme une bonne occasion pour montrer aux Citoyens qu’ils doivent eux aussi se protéger.

Ceux qui ont conseillé au Premier ministre de réaliser une telle invitation pourraient évoquer l’étroitesse de l’espace, afin de ne pas recevoir les journalistes au même moment. Le chef du gouvernement était-il tenu, dès lors, de réaliser le point de presse en sa résidence officielle? Si l’espace serait inapproprié, d’où une bonne occasion pour aborder le problème de l’aménagement de la résidence officielle du Premier ministre, en vue de l’adapter en la circonstance.

LIRE AUSSI:  Mise en garde de l'Administration Moïse/Jouthe contre les gangs armés

Il est un fait que chaque média dispose d’un angle plus ou moins spécifique dans le traitement de l’information. Au nom de la transparence que prône le gouvernement dans la gestion de la crise sanitaire, aucun média ne devrait être l’objet d’un quelconque refus dans la cueillette d’informations. Si non le pays risque de s’enfoncer dans les vieilles querelles médiatiques (pro et anti pouvoir en place).

Michel Antoine
Juriste & journaliste
[email protected]